Du cauchemar

Cauchemar. Ce mot donne des frissons. Trois syllabes et trois phonèmes durs à l’oreille -c, -ch et -r. Et lorsqu’on se relève la nuit enfant, les larmes au bord des yeux, on s’adresse ainsi à ses parents « J’ai fait un cauchemaaaaar », avec des sanglots dans la voix qui allonge le -mar.

Selon notre bon Wikipédia, « Cauchemar » dérive de cauquemaire, utilisé au XVe siècle. Il est formé de caucher et de mare. Caucher dérive de cauchier (« presser »), qui est un probable croisement entre l’ancien français chauchier (« fouler », « presser ») XIIe siècle, le latin calcare (« talonner », « fouler aux pieds »), et la forme picarde cauquer. Mare provient du mot picard mare, emprunté au moyen néerlandais mare (« fantôme »), avec le même sens en allemand et en anglais. La mara ou mare est un type de spectre femelle malveillant dans le folklore scandinave.

Ainsi donc, un cauchemar n’est pas un mauvais rêve anodin. Selon le folklore, le cauchemar est issu d’une créature malveillante qui se pose sournoisement sur notre poitrine et nous empêche de respirer convenablement, projetant ainsi des ondes noires. Mais le cauchemar n’a pas que la forme d’un incube, mais aussi celui d’une tête de cheval, dû à un jeu de mot anglais,  car « mare » signifie jument. On en retrouve une tête dans les peintures de Füssli, peintre anglais d’origine suisse du XVIIIe et début XIXe. Ce dernier aurait peint plusieurs versions de son Cauchemar.

Dans ces deux tableaux, seule la disposition change. Les objets principaux restent : la jeune femme, l’incube et la tête de jument aux yeux phosphorescents. Les ambiances sont faites d’ocres et de blancs qui donnent un aspect fantomatique et virginal à la dormeuse . Cette dernière est dans une pose alanguie, comme pâmée devant le démon qui est assis de façon malveillante et en maître sur son ventre. On peut y voir sans trop se tromper une métaphore de la sexualité et de l’inconscient : la jeune femme étant presque offerte à l’incube et l’intrusion de la tête de cheval à travers le rideau désignant sans aucun doute l’acte sexuel. Même le désir persiste dans les mauvais rêves. Ce tableau me fait également penser à un viol. La jeune femme endormie (ou évanouie) semble sans défense, oppressée par la peur que représente l’incube et le désir masculin prêt à la posséder. Mais peut-être sont-ce mes idées féministes qui me soufflent cette clé de lecture…

Voici deux poèmes ayant pour thème le cauchemar pour conclure cette note :

Cauchemar, de Paul Verlaine

J’ai vu passer dans mon rêve
– Tel l’ouragan sur la grève, –
D’une main tenant un glaive
Et de l’autre un sablier,
Ce cavalier
Des ballades d’Allemagne
Qu’à travers ville et campagne,
Et du fleuve à la montagne,
Et des forêts au vallon,
Un étalon
Rouge-flamme et noir d’ébène,
Sans bride, ni mors, ni rêne,
Ni hop ! ni cravache, entraîne
Parmi des râlements sourds
Toujours ! toujours !
Un grand feutre à longue plume
Ombrait son oeil qui s’allume
Et s’éteint. Tel, dans la brume,
Éclate et meurt l’éclair bleu
D’une arme à feu.

Comme l’aile d’une orfraie
Qu’un subit orage effraie,
Par l’air que la neige raie,
Son manteau se soulevant
Claquait au vent,
Et montrait d’un air de gloire
Un torse d’ombre et d’ivoire,
Tandis que dans la nuit noire
Luisaient en des cris stridents
Trente-deux dents.

Ou encore La Muse malade, de Charles Baudelaire

Ma pauvre muse, hélas ! Qu’as-tu donc ce matin ?
Tes yeux creux sont peuplés de visions nocturnes,
Et je vois tour à tour réfléchis sur ton teint
La folie et l’horreur, froides et taciturnes.
Le succube verdâtre et le rose lutin
T’ont-ils versé la peur et l’amour de leurs urnes ?
Le cauchemar, d’un poing despotique et mutin,
T’a-t-il noyée au fond d’un fabuleux Minturnes ?
Je voudrais qu’exhalant l’odeur de la santé
Ton sein de pensers forts fût toujours fréquenté,
Et que ton sang chrétien coulât à flots rythmiques
Comme les sons nombreux des syllabes antiques,
Où règnent tour à tour le père des chansons,
Phoebus, et le grand Pan, le seigneur des moissons.

Une réflexion sur “Du cauchemar

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s