Du bout des doigts, de Sarah Waters

Du bout des doigts est un roman de Sarah Waters, écrivaine anglaise à succès, dont les intrigues contiennent le plus souvent une touche d’amour lesbien. Dans ce roman, écrit à la première personne, on suit les aventures de deux jeunes filles anglaises du XIXe : Sue Trinder, fille presque adoptive d’une nourrice dont le mari est escroc, tous vivant à Lant Street, bas quartier de Londres ; et Maud Lilly, héritière mystérieuse qui vit avec son oncle dans le lugubre château de Briar. Le destin de ces deux adolescentes va se croiser lorsque Gentleman, un dandy malfaiteur, propose à Sue un plan machiavélique : escroquer Maud afin de récupérer son héritage. Pour cela, Gentleman doit l’épouser, et Sue devenir la femme de chambre de cette dernière afin de garder un œil sur elle et lui vanter les mérites de son acolyte. Cependant, tout ne se passe pas comme annoncé…
Du bout des doigts est un roman digne de la lignée dickensienne : les décors sont plantés dans les bas quartiers de Londres près de la Tamise, l’air est humide et les sols boueux, ou bien dans la campagne brumeuse, ici dans un château laissé plus ou moins à l’abandon. Les personnages sont, malgré leur haut rang social concernant Maud et son oncle, de petite vertu, prêts soit à voler sans remord, soit à se « salir » moralement. L’oncle, Mr Lilly, collectionne les romans érotiques et a fait de sa nièce une lectrice de premier choix, ainsi que sa secrétaire. La jeune fille n’est donc pas l’innocente que l’on pense. Quant à Sue, elle est finalement bien plus pure et naïve que ce que sa condition laisse présager. D’ailleurs, elle se laissera prendre au jeu de l’amour, et c’est ce sentiment-là, son empathie et son désir de vérité qui l’aideront à surmonter tous les obstacles.
Ce roman est clairement un roman d’apprentissage. Les héroïnes sortent de leurs carcans, l’une de son Londres malfamé, l’autre de sa campagne mouillé et de ses robes corsetées. Leur rôle s’inversera même dans la fin du livre… De plus, le saphisme présent apporte une touche subversive, moderne, qui complète ce roman rétro, subtilement érotique et aventureux, à l’écriture fluide et parsemé d’argot populaire !
Du bout des doigts, de Sarah Waters, Editions 10-18.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s