Histoire d’O, de Pauline Réage

Quatrième de couverture :
Enfin une femme qui avoue ! Qui avoue quoi ? Ce dont les femmes se sont de tout temps défendues (mais jamais plus qu’aujourd’hui). Ce que les hommes de tout temps leur reprochaient : qu’elles ne cessent pas d’obéir à leur sang ; que tout est sexe en elles, et jusqu’à l’esprit. Qu’il faudrait sans cesse les nourrir, sans cesse les laver et les farder, sans cesse les battre. Qu’elles ont simplement besoin d’un bon maître, et qui se défie de sa bonté…
Jean Paulhan
Tout comme les histoires de vampires et de lycanthropes, ou loups-garous pour les plus jeunes d’entre nous, le thème de la soumission à de nouveau l’air d’avoir le vent en poupe notamment grâce aux Cinquante nuances de Grey de E. L. James et ses suites. Mais ne vous y méprenez pas. Histoire d’O n’est pas un roman pornographique déguisé pour femme moderne respectable où même un roman BDSM ( Bondage, Discipline, Domination, soumission, Sado-masochisme ). Non. Histoire d’O est une histoire d’amour. Ou plutôt une histoire d’Amour. Et doublement qui plus est. Lisez donc si vous ne me croyez pas.
Comme je vous l’ai dit, Histoire d’O est une histoire d’amour. Tout d’abord, entre O et René, puis, rapidement entre O et l’Amour. Car O n’aime pas. Elle aime être aimée. Ou plutôt désire être aimée. Peu importe comment. Peu importe par qui. C’est, en partie, pour cela qu’elle sera prête à endurer tous les supplices, sévices, et humiliations, pour plaire à son amant (notez que son amante, ou ses amants fonctionnent également) pour qu’il continue de l’aimer. Pour ne pas qu’il la quitte. Mais qui est O ? O. Réduite à une simple initiale. Certains iront jusqu’à dire O pour Objet, ou encore Orifices. Et bien qu’elle soit réduite à ses deux aspects, Pauline Réage a toujours réfuté une quelconque signification à ce O. O est une jeune femme, indépendante et libre. Elle va cependant accepter de devenir esclave, d’être «dressée » de son plein gré, car son seul désir est d’appartenir à quelqu’un. Une forme de violente ascèse dans le seul but de tendre vers ce que l’on attend d’elle. De crainte de trop vous en dire, chose que j’ai déjà faite, je m’arrête ici, et vous laisse découvrir la longue descente au Paradis dont O fera l’expérience.
Mais Histoire d’O est aussi une autre histoire d’amour : celle de Pauline Réage et de Jean Paulhan. Comme celle-ci est relatée dans Une fille amoureuse, Pauline Réage aurait écrit cette histoire pour répondre au « défi » de Jean Paulhan, comme quoi « les femmes ne peuvent pas écrire de romans érotiques ». Mais en parti seulement, car Histoire d’Oest aussi une lettre d’amour qui lui est destinée alors qu’il s’éloignait de Réage.
Je ne saurais dire si cela est dû au fait que l’auteur soit une femme ou pas, mais Histoire d’O est très agréable à lire. Malgré les thèmes abordés, il n’est jamais vulgaire ou cru. En effet Pauline Réage use des métaphores pour les scènes sexuelles, mais préférera s’attarder sur les détails liés à leurs préparatifs, ainsi qu’au ressenti d’O. Aussi, elle évoquera les scènes de châtiments, mais se concentrera à décrire les « objets de torture » utilisés et la façon dont O sera entravée laissant libre court à l’imagination du lecteur sur le déroulement de sa punition. Car ne vous y méprenez pas, si Histoire d’O fourmille de détails, et si peu d’actions décrites, c’est, à mon sens, bel et bien pour que chaque lecteur puisse combler les vides par sa propre imagination, et sa propre sensibilité.
Je ne parlerais pas de Retour à Roissy, non pas que ce « chapitre » n’ai pas d’intérêt, car d’une certaine façon il en possède un : celui de donner une fin heureuse à l’histoire. Absent de la première édition, chacun se fera sa propre idée, et son propre avis de ces quelques pages. Sachez que pour moi, Histoire d’O se conclut sur les quelques mots expliquant les différentes fins possibles.
Dans une société où le désir et l’amour ont, à mes yeux, perdu une grande partie de leur sens, et où le sadomasochisme n’est que mal, voire pas, compris ; je ne saurais dire si Histoire d’O sera vu à sa juste valeur. Car ici, je vous le redis, ici tout n’est que prétexte pour appartenir. Pour exister.
Ce livre a, depuis sa parution, toujours divisé. Personnellement je l’ai adoré. Peut-être parce que dans le fond, ce genre de sujet et de thème me parle.. Je ne sais pas. Quoi qu’il en soit, je ne peux que vous conseiller de vous le procurer car Histoire d’O est un réel ode à l’Amour et à la Passion.
Histoire d’O, Pauline Réage – Le Livre de Poche 1999

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s