Sarachmet, la plus préraphaélite des photographes

Sarachmet est une artiste photographe polonaise de 43 ans dont les œuvres m’ont marquée par leur poésie. En effet, ses photographies sont très proches du mouvement préraphaélite : ici nous avons affaire à des dames aux cheveux très longs et ondulés ou bien roux, qui, au travers de paysages où la mélancolie ne saurait manquer, aux couleurs éparpillées de feuilles automnales et fleurs épanouies sous des soleils de printemps, se promènent dans des robes d’époque majestueuses mais pourtant non dénuées de simplicité. Ou bien ces jeunes demoiselles sont tout à leur quotidien, lisant où se parant dans des attitudes délaissées.

Sarachmet m’époustoufle par sa frappante dextérité à manier les tissus et les couleurs. Dans ses photographies celles-ci se complètent et sans saturer la vision, attirent l’œil. Les tissus brillent sans trop d’ostentation et renvoient dans leur souplesse des reflets aux paysages ou intérieurs prenants. Les demoiselles sont à leurs pensées sans trop de naïveté ni trop de gravité. Toutes ces caractéristiques entrent en compte dans la qualité de travail de Sarachmet et la rapprochent grandement du peintre.

D’autres motifs reviennent souvent dans le travail de l’artiste, comme la religion que l’on découvre par le biais de poses extatiques ou de blanches tenues que surplombent des croix à la dimension non négligeable. Est-ce par esthétique de l’ancien ou par foi personnelle d’une ressortissante d’une Pologne où le catholicisme est phare ? Je ne saurais le dire, mais la sobriété de ces tableaux émoustille le cœur et côtoie sans provocation des femmes en proie à des passions ardentes moins chrétiennes et davantage païennes.

Enfin, un des autres motifs récurrents est, sans trop étonner, le Moyen-Âge. La référence est parfois subtilement suggérée, comme par exemple le vestige d’un mur médiéval composant le paysage d’une photographie, ou parfois plus mis en avant comme dans certains portraits d’homme et de femme à la côte de maille. La Renaissance semble être également une sources d’inspiration pour Sarachmet qui aime à placer dans ses tableaux quelque mandoline, coiffure d’époque ou portrait à la méditerranéenne.

 

* * *

 

 

En découvrir plus :

 

→ Article rédigé par Violette.

Une réflexion sur “Sarachmet, la plus préraphaélite des photographes

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s