Martial Lenoir et l’esthétique du boudoir

Martial Lenoir est un photographe parisien qui connait maintenant un joli succès. Ses photos bien léchées savent rendre au corps féminin toute sa beauté et sa sensualité, et sont mâtinées d’un brin d’érotisme. L’esthétique du boudoir ou cabaret, façon XIXe début XXe, est devenue sa marque de fabrique, et il photographie de jeunes modèles avec des accessoires anciens semblant sortir de vanités (corsets, jarretières, étoffes précieuses, miroir, etc). Plongez dans son univers !

~ Bonjour Martial, pouvez-vous vous présenter un peu ?
Aïe. Toujours difficile de parler de soi. Je suis à peu près persuadé que c’est pour cela que l’on prend un jour un outil, quel qu’il soit, et que l’on se met à créer avec. C’est une manière de dire : « regardez ce que je fais », c’est ce qu’il y a à l’intérieur. Sinon je pourrais me décrire physiquement, mais cela aurait beaucoup moins d’intérêt.

~ Depuis combien de temps faites-vous de la photographie ?
Je me suis mis à la photo assez tard. Pour mes trente ans en fait, et totalement par hasard.

~ Vous me disiez écrire avant, pourquoi avoir supplanté l’écriture par la photographie ?
En fait, j’écrivais avant, mais de manière assez sporadique tout de même. En tant que fils de libraire, j’ai grandi au milieu des livres, et l’écriture m’est toujours apparu comme l’art absolu avec la peinture.
Mais je n’ai jamais eu aucun talent  ni pour l’un ni pour l’autre. Quand j’ai découvert la photographie, j’ai tout de suite trouvé cela facile, et les retours de mon entourage étaient assez forts pour que finisse par accepter l’idée que j’étais doué pour cela, et que finalement, je pouvais m’exprimer par ce biais.
~ Certaines de vos séries photographiques sont clairement marquées par l’ambiance boudoir du XIXe, est-ce une époque qui vous touche particulièrement ?
Oui et non. En fait ce sont les lieux que j’ai utilisés ainsi que les accessoires qui ont imposé un style et une époque sans que je le veuille vraiment. J’ai ensuite fait des recherches pour en découvrir les subtilités, et j’ai été séduit par ce que j’y découvrais. Autant l’esthétique que les idées qui ont pu en découler. 
~ Y’a-t-il certaines œuvres écrites qui vous inspirent ?
Je lis beaucoup effectivement et cela travaille certainement sur mon subconscient. Mais mes lectures sont très contemporaines bien que diverses. Cela peut aller de Elroy à Françoise Sagan, en passant par John Fante. Et je réécris mes univers propres. Quand je commence une série après avoir fait quelques essais, j’ai vite tendance à coucher l’histoire sur le papier. Ainsi je peux la raconter aux modèles avant le début de la séance.
~ Vous faites toutes sortes de shoots, mais quel sont les thèmes qui vous plaisent le plus ?
En fait je n’ai pas de thème de prédilection (même si je fais aujourd’hui pratiquement exclusivement du nu), je fais des images et quand je sens que je tiens quelque chose je le creuse jusqu’au bout. Ce sont très souvent les lieux et la lumière qui imposent l’idée de départ.
~ Comment choisissez-vous les modèles ? Avez-vous un type de physique que vous appréciez le plus ?
On me pose souvent cette question, et je ne sais que répondre. Au début, c’était seulement les filles qui voulaient bien, et franchement elles n’étaient pas nombreuses. Aujourd’hui avec les réseaux sociaux, j’avoue que j’ai beaucoup de demandes. Alors je fonctionne au coup de cœur, au feeling. Mais j’ai une prédilection pour les personnages atypiques et forts, c’est sur. Maintenant qu’est-ce qu’une personne atypique ?
~ Vous photographiez beaucoup de nus, comment inscrivez-vous la nudité dans la photographie ?
Même si effectivement dans mes images les filles ne sont pas très habillées, je n’ai pas l’impression de faire du nu à proprement parlé. Ce qui m’intéresse, c’est moins la nudité de la personne, que le regard et la présence qu’elle va pourvoir donner. L’idée de classer les photographes par thème me semble assez réducteur. C’est comme si vous définissiez Elroy juste comme un écrivain de polar, et Frederic Dard comme un écrivain comique.
~ J’ai vu que vous aviez publié un livre : La Loge des Rats, pouvez-vous nous en parler ?
Le rêve d’enfance : un jour publier un livre. En fait c’est le troisième, sauf que celui là en plus j’ai réussi à y imposer quelques petits textes personnels, ainsi que deux autres d’une amie qui a une plume que j’adore (Ava Weisman). 
~ Enfin, quels sont vos projets à l’avenir (exposition, livres, shoots) ?
Beaucoup de projets en fait. Expositions au mois de septembre sur Pantin et Paris. Une première exposition dans une galerie pour le festival de Saint Germain des Prés, où je présenterai pour la première fois la nouvelle série « Les reflets du désordre ». Et si tout va bien, un livre à sortir pour Noël. Mais là il n’y a rien d’officiel… Chuuuut !!
* * *
En découvrir plus :

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s