Le Mystère du drake mécaniste, de Lilith Saintcrow

Quatrième de couverture :
« Au service de Sa Majesté, du pays… et pour rester en vie Emma Bannon est sorcière au service médico-légal de l’Empire. Sa mission : protéger Archibald Clare, un mentaliste renégat qui travaille dans l’illégalité. Ses pouvoirs de déduction à lui sont légendaires ; quant à elle, sa sorcellerie est plus que puissante. Malheureusement, ils se détestent cordialement… »
Londinium. Des mentahs sont retrouvés assassinés et mutilés. Emma Bannon, sorcière Prima au service de Victrix, l’incarnation actuelle de Britannia, est chargée de protéger le dernier des non enregistrés. Accompagnée d’Archibald Clare, le mentah, et de Mikal, son Bouclier, elle enquêtera sur le danger qui pèse sur l’Empire et menace de l’anéantir. Au cours de leurs investigations, ils découvriront que les proies ne sont pas toujours celles qui semblent et que les conspirateurs ont infiltré les hautes sphères de la société.
L’intrigue de l’histoire reste simple mais fonctionne sans réels soucis. Les péripéties s’enchainent sans temps morts, alternant phase d’action et « d’enquête ». Comme souvent avec les premiers tomes des nouvelles séries, on notera ici la volonté de poser les bases du monde dans lequel évoluent les personnages ainsi que leur psychologie. Si le deuxième point arrive relativement bien à ses fins, le premier reste, à mes yeux relativement flous. En effet, le lecteur est soumis à une profusion de termes ou d’expressions propres à l’auteur, et à la série, sans la moindre explication. La compréhension se fera au fil du roman de façon plus ou moins logique mais reste perturbante au cours des premières pages. Je ne saurais dire si cela est fait à dessein ou même est coutumier de l’auteur. Nous serons également amenés à suivre certaines pensées des protagonistes qui en révéleront loin sur leurs caractères face aux situations auquelles ils seront confrontés. Un détail, certes, mais néanmoins utile à souligner.
Lilith Saintcrow nous entraine dans un univers pour le moins original. Nous sommes ici plongé dans un Londres victorien alternatif, où la magie rencontre le Steampunk accompagné d’un bestiaire plus ou moins connu (les dragons côtoient les griffons mais aussi les chiens de suies). L’empire est dirigé par l’esprit de Britannia, esprit ayant besoin d’un réceptacle pour s’incarner et de fait diriger. Ce monde est également peuplé de sorciers (blancs, gris ou noirs, suivant leur spécialisation) qui sont toujours accompagnés d’un ou plusieurs Boucliers, qui ne sont rien d’autre que leurs gardes du corps. Notons que ces magiciens tirent leurs pouvoirs de la Marée, qui fluctue au fil de la journée. Pour finir, les mentahs peuvent être assimilés à des supercalculateurs humains, multipliant les déductions à la manière de Sherlock Holmes.
Alors non, malgré le fait que l’univers qu’il met en scène est plutôt sympathique, Le Mystère du drake mécaniste n’est certainement pas le livre de l’année. Il n’en reste pour le moins pas mauvais pour autant, mais très certainement destiné à un public plus jeune, et certainement moins exigeant quant à la qualité de l’intrigue ou de ce qu’il pourrait lire. Un très bon passe-temps lors des trajets en transport en commun en somme. Des défauts qui ne m’empêcheront pas de me procurer la suite pour autant…
Le Mystère du drake mécaniste, Lilith Saintcrow – Le Livre de Poche 2013

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s