Les rêves de Julie de Waroquier

Julie de Waroquier est une jeune photographe de 24 ans qui a reçu de nombreuses récompenses pour son talent dont le Grand Prix Juror Awards of Merit, concernant une de ses photos. Son univers est aérien, teinté de poésie, parsemé de jeunes femmes évoluant comme dans des rêves. A l’intérieur comme à l’extérieur, ses photos dévoilent une part de la magie cachée dans l’ordinaire. Les rideaux s’animent, des serrures apparaissent à l’impromptu sur le corps des modèles, l’évasion se fait via des bulles, tout est une fuite en avant, vers l’onirique. Voici le portrait d’une artiste, qui a la tête dans les nuages et les pieds sur terre.
 
~ Bonjour Julie ! Tout d’abord, peux-tu te présenter un petit peu ?
Je suis une photographe autodidacte lyonnaise âgée de 24 ans, également étudiante en philosophie. Je partage mon temps entre ces deux passions !
~ Depuis combien de temps fais-tu de la photo, quel a été ton déclencheur ? 
Je ne peux pas dire que j’ai toujours été passionnée par la photographie, même si j’ai toujours été attirée par les arts de l’image. Cette passion m’est venue lorsque j’étais en prépa littéraire, il y a environ 6 ans. J’ai reçu un appareil photo compact pour mes 18 ans, qui ne devait servir qu’à immortaliser mes souvenirs de vacances. Mais j’ai rapidement pris goût à créer mes propres histoires ; j’ai simplement cultivé ce goût jusqu’à aujourd’hui !
~ Ton univers est plein de poésie et de fantastique, qu’est-ce qui t’attire dans ces thèmes ?
C’est venu naturellement ; dans mes toutes premières photos je cherchais déjà à étonner, à faire voler mes modèles… j’aime bien jouer avec l’onirisme car on attend spontanément de la photographie qu’elle soit réaliste ; je présente volontairement autre chose que la réalité, pour mieux l’interroger. Le fantastique, le symbolisme, etc, sont autant de langages permettant de questionner notre monde, et selon moi d’autant plus efficaces qu’ils le comparent avec un ailleurs.
~ Comment choisis-tu tes modèles ?
Je marche presque davantage au feeling de la personnalité qu’à celui de l’apparence ! Je n’ai aucun critère, il faut juste que le profil du modèle corresponde à l’histoire que je veux raconter dans mes photos. Ce sont généralement les modèles qui me contactent d’abord à vrai dire, et j’accepte si j’ai une idée de séance ou une envie particulière de travailler avec la personne.
~ Tu possèdes désormais une belle reconnaissance (je pense à l’interview de Madmoizelle), illustre des livres, des albums, et tu as même travaillé avec le Conservatoire de Paris et Lyon ! Tes images sont partout, ou presque ! Qu’est-ce que cela te fait ?
Je suis passée par beaucoup de stades d’émotion ! Au début la joie bien sûr, l’étonnement, la fierté… et puis en retour, cela apporte une certaine pression ; je ne peux pas m’empêcher de me dire qu’il faut toujours faire mieux, ce qui n’est pas forcément porteur. J’essaie donc de prendre tout cela sereinement, de me dire que si un jour cette dynamique positive s’arrête, cela ne m’empêchera pas de continuer à créer.
~ Tu viens récemment d’être admise au CAPES de philosophie, est-ce que cette discipline est une source d’inspiration pour toi ?
Assez peu, car la philosophie est du côté de la rigueur, de la logique, pas du tout de l’imagination. Mais la philosophie m’aide à comprendre et à rationaliser mon travail, à creuser le sens de mes démarches.
~ Qu’est-ce qui t’inspire de manière générale ?
J’ai toujours beaucoup de mal à répondre à cette question, car je ne m’inspire jamais consciemment d’un artiste ou d’une œuvre. Je pense que c’est un mélange de tout ce que je ressens, de tout ce que je perçois, et notamment de ce que j’ai vécu durant l’enfance. L’ensemble se mélange dans mon inconscient, et ça ressort parfois sous forme d’image !
~ Penses-tu pouvoir gérer ton activité photographique, qui est en pleine expansion, et celle de professeur ?
J’ai réussi à gérer 3 ans de prépa puis un an de prépa Capes en étant photographe, alors je me dis que j’arriverai à gérer les deux de cette façon quoiqu’il arrive ; c’est une question de volonté et d’organisation.
 
~ Comment conçois-tu une séance photographique, qu’elle soit personnelle ou professionnelle (une commande client) ?
Pour une séance personnelle, tout part d’une envie, d’une image nette qui s’imprime dans ma tête. Ensuite, je réfléchis à comment la réaliser : je vais repérer les lieux, je surveille la lumière dans ces lieux, je travaille la composition par croquis, pour que le jour J il n’y ait plus qu’à déclencher. En général, mes séances sont donc très rapides (moins d’un quart d’heure).
Pour un client, il faut s’adapter souvent à la commande, même quand officiellement on nous laisse carte blanche. Il me faut ainsi souvent plusieurs propositions avant de satisfaire parfaitement le client.
~ Peux-tu nous parler de ton livre, Rêvalités, qui va être adapté en film ?
C’est mon plus beau projet photographique. On m’a proposé en 2012 de créer un livre qui rassemblerait mes photos, ainsi que quelques textes. J’ai réalisé un ouvrage en trois « chapitres », avec une très grande liberté. Depuis sa sortie en novembre 2012, le livre est distribué en librairies, et c’est toujours une très grande joie de le voir quand je me rends à la Fnac ou dans des petites boutiques !
Le film lui est un projet de cette année avec le réalisateur Damien Steck. C’est lui qui m’a contactée, car il souhaitait mettre en scène mon univers sous forme d’un court-métrage scénarisé. Je préfère ne pas trop en dire, mais disons que mes photos s’animent dans une histoire qui leur donne vie à l’écran !
~ Quels sont tes projets à l’avenir ?
Cette année je prépare l’agrégation de philosophie, et suis en train de finaliser plusieurs importants projets photographiques. Je vais essayer, comme toujours, de combiner les deux… !
* * *
En découvrir plus : 

Une réflexion sur “Les rêves de Julie de Waroquier

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s