Sopor Aeternus and the Ensemble of Shadows

   

Sopor Aeternus est le projet musical, né aux alentours de l’année 1989, de la dénommée Anna-Varney Cantodea. Bien que l’ambiance musicale baignant les différents albums de l’artiste puisse être qualifiée du terme superficiel et assez vide de sens « gothique », nous la définirons plutôt comme un riche mélange d’influences à la fois médiévales, classiques, baroques et victoriennes, autant dans l’agencement de ses mélodies que dans son rapport à l’esthétique, explorant au long de sa vingtaine d’albums les thèmes de la mélancolie, de la dépression, des doutes existentiels, cela sans être exempt d’une certaine dimension fantastique.
Le personnage d’Anna-Varney Cantodea 
L’énigmatique personne constituant le personnage Anna-Varney Cantodea aurait pour date de naissance présumée l’année 1952. Les informations rendues publiques sur son parcours de vie sont très elliptiques, mais tentons néanmoins d’en répertorier quelques évènements marquants qui ont pu être confiés lors de certaines interviews, comme celle donnée au site VampireFreaks dont le lien sera donné ci-dessous.  
Le premier élément mentionné est un traumatisme qu’aurait vécu le petit garçon alors âgé de six ans, lors d’un court séjour à l’hôpital où on l’aurait de façon assez brusque mené sur la table d’opérations, et sans la moindre explication, anesthésié. Anna-Varney explique avoir alors « contemplé son corps de haut », et par la même occasion contemplé sa propre fragilité et désuétude.
Un deuxième élément est son ambiguïté, plus que sexuelle, de genre. En effet, Anna-Varney explique ne pas sentir, et cela depuis sa plus tendre enfance, de quelconque appartenance au genre féminin ni
au genre masculin. Même si Anna-Varney a fini par choisir un pseudonyme féminin (Anna étant un prénom très répandu en Allemagne, Varney le nom d’une histoire victorienne, Varney the Vampire, distribuée sous forme de bulletins puis sous forme de livre en 1847, et Cantodea signifiant «cantatrice » en latin), le meneur du projet Sopor Aeternus se définit comme de genre neutre, ni femme ni homme. On peut d’ailleurs remarquer que les mises en scènes photographiques dans lesquelles il apparaît le mettent en scène très souvent nu, mais sans jamais laisser apercevoir une quelconque sexualisation, ses parties intimes étant en effet retouchées de manière à ne montrer qu’un bout de peau lisse. Aux nombreuses questions faisant face à la surprise d’une telle conception que l’on peut avoir de soi-même, Anna-Varney répond qu’elle n’a pas subi et n’envisage d’ailleurs aucune intervention chirurgicale pour fixer son apparence pour qu’elle concorde avec l’image psychologique qu’elle se fait d’elle-même. En outre, l’artiste signifie qu’une telle opération est inconcevable puisqu’elle ne s’identifie à aucun des deux sexes existants, et que la seule chose qu’elle souhaiterait serait une neutralisation de sa personne, ne laissant à la
place de ses parties sexuelles qu’un orifice pour ses besoins vitaux.
Les thèmes abordés au fil des albums
       
Anna-Varney Cantodea explique mener ce projet artistique qu’est Sopor Aeternus comme une thérapie, ayant comme but une certaine catharsis, même si elle avoue qu’à défaut de faire disparaître ses maux, ce qui s’avère impossible, la musique joue essentiellement un rôle de soulagement et d’accomplissement de soi-même. L’artiste affirme également poursuivre au travers de ses créations musicales un certain sens de la vérité : sa création se veut honnête et sans faux-semblants, exprimant sans gène ses états d’âme. Aussi ses chansons parlent-elles souvent de la dépression, de l’isolement et du sentiment de solitude, mais aussi de la marginalité profonde que ressent Anna-Varney.  Mais le mieux pour appréhender son univers est encore d’en lire quelques paroles, je vous laisse à cet effet avec le texte de « Les fleurs du mal », un de mes morceaux favoris de Sopor Aeternus : 
Oh, I the wetly weak claw
led by his strong warm paw
walking the forbidden path
through high uncut summer grass
while hunters nose dive
membranes servants to their flight
were buzzing all around our heads
black parasol, balance and shades

Those little bells on my fool’s cap
all witness to my sad defect
crowning my pale seriousness
in most ridiculous distress

The smile on his weather-tanned face
his white teeth somewhat out of place
the gentle roughness of his hands
dark soil staining his fingernails

Ushered into the forest’s hold
I’m folding up my parasol
heralding fears of deprivation
in answer to my hesitation
he’s parting the branches as we move
I dare a smile in shy excuse
Oh does he know the ghosts I drag
the dreadful ending I expect?
The boyish hand of this olden maid
hints secrets, guarded by her face

Does your world know my shadow’s near,
the loop of time I always fear?
The fact that I carelessly stepped
into my very own, dark trap?
You stride, I’m glancing at your belt … –
should I miss ay of the things I never felt?

The shaking hand of this olden maid
instead waters the flowers
on her ancient grave.

 
Un univers musical riche
Sopor Aeternus est une expression latine signifiant « sommeil éternel », et si la connotation avec la mort est évidente, il n’en faut pas oublier l’univers du rêve et de l’imaginaire. Car bien que sombre, l’univers de Sopor n’est pas avare de fantaisie, et cela se ressent dans sa musique où la liberté et l’innovation ne semblent pas être un problème. 
Souvent qualifiée de darkwave, ranger Sopor Aeternus sous ce seul genre serait réducteur. Les racines du projet se trouvent souvent dans des temps anciens, qui passées par un habile mélange, forment un ensemble aux teintes fantastiques. Ainsi, airs médiévaux, ballades de la Renaissance et mélodies baroques entre autres apportent leur richesse au projet, sous une esthétique qui semble sommes toutes placée sous l’égide de l’ère victorienne.
Bien qu’aux tous débuts du projet les claviers furent des alliés précieux, Anna-Varney met aujourd’hui un point d’honneur à donner au service de sa musique de véritables instruments acoustiques. Ainsi, les cloches, élément revenant dans quasiment l’intégralité des morceaux, viennent conférer à la musique une ambiance étrange et lui donner une réelle profondeur ; les trombones et autres cuivres viennent servir un côté légèrement impérial, les flûtes des souffles vaporeux, ce à quoi viennent se mêler les mélodies magistrales des orgues, des cordes, la douceur des clavecins et nombre d’autres instruments. Mais puisque cette description commence à avoir l’air un peu cafouillis, je vous propose maintenant de vous plonger dans l’univers de Sopor Aeternus et son ensemble d’ombres, et de vous laisser emporter …
Sources :
Interview Elegy (2004), disponible sur le forum français Sopor Aeternus
Interview Vampire Freaks (2008), anglais

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s