J’ai rêvé de son regard…

J’ai rêvé de son regard
Toute une nuit !
Sous le ciel vide
Le vent absent
Absent de ses regards
De son souffle que je voudrais sentir sur ma joue
Sur mes yeux, dans mon cou
Sous mes bras, le long de mon dos
En l’incendie gracieux d’une caresse
Sur ce corps décharné
Ma sale âme
Que je régurgite
Les soirs d’hiver, et dans  l’antre…
Et pendant que l’ombre de ses reflets
Forme une pâle silhouette
Dans l’air vide je frémis d’un frisson agité
D’un sanglot entrecoupé
Mais si je songe à son sourire
Ses courbes ouvertes vers le ciel
A l’étoffe de son dos, brillante !

A l’embrasement ……………………
Au jaillissement ………………………

A l’irruption de son cœur embaumé d’un fragment de violence sauvage
Je ne peux m’empêcher de voir se dessiner
Dans le halo suave et lascif de sa blancheur
Un cou pâle, rayonnant !
Qui ne sait s’il dit – Abreuve abreuve abreuve toi…
Et j’irais chercher une langueur délicieuse
Un sourire qui meurt tout entier ou qui vit pleinement : dans le rayon
Ou bien – Abîme abîme abîme toi
Et j’irais plonger dans un gouffre
Chercher mon agonie

En vain
Seul
Je rêvais d’un regard

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s