La Femme Fatale : de blanc et d’or

Pourquoi prendre comme sujet la réunion du jaune et du blanc ? Il m’est apparu dans une étude de la femme fatale chez Franz Von Stuck qu’une symbolique forte se manifeste dans l’alliance de la blancheur de la peau, à une touche d’éclat dans les tonalités jaunes. Il faut cependant spécifier cette blancheur, il ne s’agit pas de n’importe laquelle, mais celle provenant de l’éclat hypnotisant de la poitrine. Que ce soit chez la femme fatale biblique, mythologique ou contemporaine, la poitrine se veut comme point de focus premier : elle est l’instrument de fascination qui va attirer l’homme. Perverses manipulatrices, les femmes fatales tentent les hommes pour les avoir à leur coupe et se servir d’eux à des fins funestes. Qu’elles soient descendantes de Lilith, reines des Succubes, ou de Ève tentatrice, son origines est incertaine, l’important pour le peintre, c’est qu’elle est le moyen de représenter les dangers de la Beauté, ce fléau envoyé des dieux pour punir l’humanité de ses affronts.

Le Péché, Franz Von Stuck
Le Péché, peint en 1893, est probablement l’œuvre la plus représentative de cette alliance de tonalités. Le focus est instantanément porté sur la nitescence du corps de la jeune Ève. On y décèle en outre quelques légères tonalités safran, rappelées plus expressément en arrière plan, en point lumineux. Que représentent donc ces deux couleurs ? La blancheur de la poitrine est d’une grande importance, elle brille et émet une force d’attraction si saisissante qu’elle éclipse le visage dans la pénombre. Cette blancheur brille tel un phare pour attirer les navires, mais au lieu de les guider jusqu’aux rivages, les mènent à leur perte : si l’on se laisse fasciner par cet objet miroitant, on devra alors tâter des crocs du serpent qui habille la jeune femme. Le blanc aveuglant est un appât à pécheurs ; le safran en arrière plan ne fait que souligner la duplicité de cette Ève perverse, car en effet, depuis le Moyen Âge, les tonalités jaunes représentent la trahison et la fourberie. Avant ces connotations péjoratives, le jaune, dans l’Antiquité, représentait la richesse, la jouissance et divulguait donc des valeurs positives ; or cette tonalité connaît une rupture au niveau de ses représentation dans l’imaginaire collectif pour ne symboliser que la dureté et la froideur de l’or.
Hylas and the Nymphs, John William Waterhous
Cette même thématique se retrouve dans le tableau de John William Waterhouse, descendant du mouvement préraphaélite, intitulé Hylas and the Nymphs (1896). Tout d’abord, un court rappel sur le mythe d’Hylas : la légende raconte qu’Hylas a été attiré par des nymphes au bord d’une rivière, celles-ci  l’ont emporté sous l’eau. La tableau accentue clairement la blancheur captivante des poitrines des nymphes qui se conçoivent alors comme des appâts propres à piéger celui qui pose les yeux dessus. Les nymphes sont coiffées de petites fleurs jaunes dont la luminescence semble aussi fonctionner comme un appât par leur aspect doré. Pauvre fou qui pensait trouver richesse et volupté ! Car c’est bien là toute l’essence de la femme fatale : elles font naître des désirs qu’elles n’ont aucune intention de satisfaire. 

Jeune femme nue sur un canapé, Guillaume Seignac
Du symbolisme de Franz Von Stuck, au pré-raphaélite Waterhouse, nous voici chez les académistes avec Guillaume Seignac et son tableau Jeune femme nue sur un canapé (1914) : Guillaume Seignac est connu pour peindre dans un décor prosaïque des nymphes hors de leur élément. La perversité de la femme captieuse est représentée par la symbolique des couleurs. Une fois encore, le jeu des tonalités et couleurs supposent une duplicité dissimulée sous cette pose alanguie. On retrouve en effet la blancheur d’un corps captivant accentuée sur la poitrine éclatante, un visage dans la pénombre et des touches de jaune vif. Cette nonchalance quelque peu provocatrice semble représenter la femme comme un test pour l’homme qui doit alors se contenir devant tant de promesse de jouissance et résister à la tentation.
Article écrit par Laura Boisset.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s