Quelques représentations d’Ève dans la peinture

Voici un petit tour d’horizon des représentations d’Ève, une des principales figures bibliques, dans la peinture. La moitié d’Adam, du Moyen-Âge à nos jours, a fasciné la plupart des artistes, à cause de sa trop grande curiosité. Première Pécheresse, subalterne de l’homme, rebelle en un sens, elle a fasciné de nombreux artistes qui, au XIXe, l’ont parée de sensualité dans leurs peintures. Ève est toujours représentée en blonde ingénue, qui se laisse tenter par le serpent. Du Moyen-Âge au XXe, sa physionomie ne change guère, sauf chez Burne-Jones, où elle devient brune. Elle est tout le temps peinte avec Adam, ne disposant pas d’une vraie autonomie. Cependant, au fur et à mesure des siècles, elle gagne en personnalité, sensualité, et est même représentée seule, ou supplantant Adam (voir la toile de Klimt). Le portrait de Lévy-Dhurmer est très fort puisqu’Eve y est seule, et son regard porte à la mélancolie, peut-être pense-t-elle à l’Eden dont elle et Adam ont été exclus ? De plus, sa chevelure se teinte de roux, couleur incendiaire chère aux symbolistes du XIXe, dont sont parées toutes les femmes fatales…

Adam et Ève, anonyme (Moyen-Âge)

Adam et Eve au Paradis, Johann König (XVIe)

Dieu réprimant Adam et Ève, Le Dominiquin (XVIIe)

Satan Watching the Caresses of Adam and Eve, William Blake (XVIII-XIXe)

Love among the ruins, Edward Burne-Jones (XIXe)

Paysage avec Ève, Odilon Redon (XIXe)
Eve, Lucien Lévy-Dhurmer (XIXe)

Adam et Ève, Gustav Klimt (XIXe)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s