Morgan Malka

Certains artistes éclipsent notre quotidien d’une façon plus que saisissante. La richesse et la cohérence de leur univers, la force de leur musique, trouvent notre cœur aux premières notes. Morgan Malka est de ceux-là. 

photo par Les Voies Pourpres

Son premier album Holographic Siam (2012) nous invite à l’évasion bucolique à la façon du joueur de flûte d’Hamelin. Des titres plutôt enjoués (« My last Summer », « Today I’m a Bird », « The Girl in Town »), nous rappellent la douce innocence des vacances d’été. Mais comme souvent dans sa musique, les textes sont à écouter attentivement. Ils révèlent un deuxième niveau de compréhension et des dimensions plus introspectives (« Holographic Siam », « Blue Moon Traveller »). La richesse musicale de ce premier album montre une vaste palette instrumentale dont il fera habitude.  Armonica de verre, harmonium, scie musicale, guitare-harpe, mandoline, banjo répondent à une voix délicate et sensuelle. 
~ Holographic Siam : à écouter ici !

Clip «  »Waltzing on the Shore » :

(La superbe pochette du premier album est une peinture de Gaël Malka inspirée des livres de contes victoriens)

Dès la sortie de ce premier album, Morgan illustre sa musique par des œuvres originales. Peintures, dessins, photographies. En collaboration avec son père (l’artiste plasticien et musicien Gaël Malka), ils instaurent une tradition de films en stop motion, véritables saynètes, donnant vie aux fables qui habitent l’esprit de cet étrange ménestrel. Les marionnettes et leurs instruments s’animent. Jouent-ils réellement devant nos yeux d’enfants ?

How we Danced on the Moon (2013) raconte une nuit survoltée sous les toits de Paris et jusqu’au disque argenté de la Lune. Les musiciens anthropomorphes exultent dans la fureur du tango et le swing dégingandé des Années folles (« Perfume From a Dress », « Cathouse Street », « Peacock Syndrome »). Place aux cuivres ! Dans une jungle en bleu et noir, les saxophones s’embrasent et les trompettes hurlent. L’urgence de ce second opus se vit à bout de souffle, comme une dernière danse. Mais, déjà, la noirceur et l’étrangeté de certains titres laissent augurer un avenir plus sombre (« A Crow Picked my Hat », « Spider Legged Woman », « Strangled Sea »).

~ How we danced on the Moon : à écouter ici !
Clip  « Peacock Syndrome » :

(The Wreck, the Divorce and the Rose a été magistralement illustrée par l’artiste Stéphane Blanquet dans un style proche des gravures d’Albrecht Dürer, Gustave Doré, etc.)

The Wreck, the Divorce & the Rose (2014) fable shakespearienne et abyssale, raconte le périple d’un sous-marin infernal côtoyant les monstres d’Homère et de Jules Verne. La musique, inspirée des orchestres de chambre de Schubert est des plus dramatique (« A Thousand Furlongs of Sea », « Schwanengesang »). Boisé et dynamique, un marimba gigantesque assène un rythme galérien. La voix vient faire écho au chant des sirènes et la tension est palpable quand les archets déferlent en nuées. La contralto grogne et les clarinettes dansent comme les marins d’Odessa (« Leviathan », « Flow my Tears at the Funerals »). Ce troisième opus rappelle la capacité de Morgan Malka à explorer les genres et défier les catégories trop réductrices. Ici c’est l’exigence du morceau, son âme qui prime. C’est un pari osé en 2014 que de réaliser un album sans basse, batterie ou guitare. La richesse et l’inventivité des arrangements sont remarquables. L’équilibre savant entre les parties musicales, les respirations et le chant s’orchestre magistralement. 
~ The Wreck, the Divorce and the Roseà écouter ici !
Clip « Leviathan » :

Cet auteur, compositeur, interprète de 28 ans œuvre dans un monde touchant et personnel fait de bouts de ficelles. Prolifique, il prend le soin de dévoiler son théâtre imaginaire sous différents prismes. Il confirme ainsi un travail singulier et affirmé. Pour ainsi dire, il ne compose pas. Il peint de petits tableaux musicaux ouvrant notre horizon sur un monde nouveau.

* * *
En découvrir plus :

Site officiel
Page Facebook

~ Article écrit par Margaux Sobrani

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s