Interview de Féebrile, en peu de mots…

Un article avait déjà été consacré au travail de Féebrile, jeune photographe originaire de Lyon. Son univers très personnel et macabre ne laisse pas indifférent. Autoportraits, scènes burlesques ou grotesques, miniatures ou portraits érotiques, Féebrile développe un monde peuplé d’étranges créatures en noir et blanc. Artiste mystérieuse et peu expansive, elle a toutefois gentiment répondu à mes questions :
masque : Patrick Jannin
~ Bonjour Féebrile ! D’où vient ce pseudonyme ? Quel est ton parcours ?
Féebrile c’est un mélange de contes et de fièvre, une sorte de rêve à demi éveillé. Sinon, je suis autodidacte.
~ Tu fais de la photo depuis 2006, qu’est-ce qui t’y a amenée ?
L’ennui m’a amenée à l’autoportrait qui m’a amenée à la découverte de l’image et aussi de moi-même.
~ Quelles sont tes inspirations (littérature, musique, arts visuels…) ?
Essentiellement le cinéma : l’expressionnisme allemand, ou certains films de Polanski, Hitchcock, Buñuel, Lynch … Je suis une grande fan de Jan Svankmajer également.
~ Quels artistes photographes admires-tu ?
Répondre Witkin serait tout sauf original, pourtant…
modèles : Cindy et Jérôme
~ Ton univers est assez macabre, pourquoi ?
C’est amusant, je suis tout sauf macabre et ce n’est (du moins aujourd’hui) pas mon but de l’être. Peut être que je me débarrasse de tout ce côté sombre en le photographiant.
~ Est-ce que c’est pour ça que tu traites toutes tes photos en noir et blanc ?
Non, le noir et blanc est là pour se différencier d’avec la réalité.
modèle : Romy Alizée
~ Tu sembles très inspirée par le XIXe/début XXe, qu’est-ce qui te plaît dans cette époque ?
L’esthétique, les coiffures, les vêtements, les prémices du cinéma…
~ Tu pratiques le numérique mais aussi le polaroid, peux-tu nous dire qu’est-ce que tu aimes chez ces deux façons de photographier ? Qu’est-ce qui te pousse à choisir l’un ou l’autre procédé lors d’un shoot ?
Avec le numérique j’ai mon idée souvent précise et je n’aime pas les images gratuites ou trop simples, j’ai trop de scrupules ; le polaroid me permet de me laisser aller, surprendre, d’accepter le côté purement esthétique.
~ Une série est en cours : « Les Petites », dans laquelle les modèles ont l’air de petites figurines dans un décor « carton-pâte ». D’où t’es venue cette idée et pourquoi ?
L’idée part d’une photo que j’ai faite en 2011 où je suis dans un mini cercueil en carton. Au début, je voulais faire une série avec juste des petites personnes dans des boîtes mais pourquoi rester cantonnée à des boîtes ou des objets déjà existants ? Et j’ai découpé mes premiers arbres.
~ Tu pratiques beaucoup l’autoportrait, est-ce un besoin ?
Aujourd’hui, peut-être moins, mais j’en ai eu besoin oui. Besoin de me rencontrer, de me rapproprier mon image et de la contrôler quelque part.
~ Comment repères-tu tes modèles ? Y’a-t-il des qualités spécifiques que tu recherches ?
Surtout grâce à internet. Comme cela marche par coup de cœur, il serait bien difficile de parler de qualités spécifiques.
~ As-tu des idées des idées de shoots que tu souhaiterais à tout prix réaliser ?
Les idées viennent sans prévenir et comme je suis plutôt impatiente je les réalise dans la foulée, du coup je ne crois pas avoir de « fantasme de shoot ».
modèle : Miss Pandora
~ Quels sont tes projets pour cette année ?
Beaucoup de photos, bien entendu ! Peut-être une chouette expo en fin d’année. Un livre dans mes rêves ou … ?
masque : Patrick Jannin
* * *
En savoir plus :

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s