Les fééries de Mademoiselle Rose

Derrière Mademoiselle Rose se cache Charline, jeune femme passionnée de photographie. Depuis de nombreuses années elle construit son identité esthétique qui est très féminine : toujours des jeunes femmes aux yeux perdus, qui évoluent dans des lieux naturels, fantasy, abandonnés ou, par exemple, dans une chambre à coucher aux souvenirs d’enfants. Les photographies de Charline laissent un arrière goût suranné d’enfance et de mystère. Je vous laisse avec son interview et quelques unes de ses images. 
 ~ Bonjour Charline ! Peux-tu te présenter un peu ?

Je suis une photographe de 28 ans originaire de Bordeaux. Il y a 6 ans, j’ai créé une autoentreprise de  photographie : « Le Monde d’Eleowine ». Depuis le début d’année, j’ai tenté d’offrir un univers plus personnel qui se nomme « Mademoiselle Rose ». Je garde l’esprit de mon travail passé mais j’y inclus des sujets que j’avais très peu abordés jusqu’ici, plus intimes tel que le travail sur le nu. De manière générale, je suis une grande passionnée de légendes celtes, de fantasy et des arts visuels. 

~ Depuis quand fais-tu de la photo et qu’est-ce qui t’a donné l’envie de prendre l’appareil ?

Je fais de la photographie depuis 8 ans maintenant mais on peut dire que j’ai toujours eu un appareil photo dans les mains. A la faculté, j’ai étudié les arts du spectacle et le cinéma. En même temps, je finissais d’écrire un roman : je souhaitais devenir scénariste et raconter des histoires. Je n’ai jamais quitté l’écriture « littéraire » mais j’en ai découvert une autre, plus visuelle et instantanée.
Aujourd’hui, ce qui me plaît c’est d’apprendre chaque jour du travail sur la lumière, les contrastes et la couleur. Mais aussi le contact avec tous les artistes et les artisans travaillant avec moi. Dans mon univers, il y a en majorité de la mise en scène, que ce soit dans le décor, les accessoires ou dans les attitudes des modèles : c’est en cela qu’on peut retrouver mes influences cinématographiques. J’aimerais avoir plus de moyens et de temps pour réaliser des idées que j’ai en tête depuis plusieurs années mais qui demandent un investissement beaucoup plus important.

~ Tes images ont un côté très onirique, est-ce que tu es attirée par les contes de fées ?

Énormément ! J’ai toujours adoré les fables, les légendes bretonnes, les histoires fantastiques et les aventures de pirates. Lorsque j’étais petite, j’avais même appris par cœur un chant de Korrigans (lutins de Bretagne) en breton ! Cette passion pour l’imaginaire ne m’a jamais quittée. Je ne peux pas songer à un monde sans féerie et sans magie. Mes photographies sont le reflet de l’imagination et du monde que j’ai pu dessiner depuis toutes ces années. Les lueurs dans les bois, les libellules, les fées, les robes romantiques, tout ça est né de ma fascination pour les contes.

 
~ On peut également observer des touches médiévales, est-ce une époque qui t’inspire ?
C’est en effet une époque très inspirante et très riche que je compte aborder de plus en plus dans mes photos. J’ai pu découvrir l’histoire du théâtre médiéval à la faculté et c’est quelque chose qui m’a vraiment fascinée. J’ai remarqué d’ailleurs que beaucoup de gens étaient comme moi. Il y a un ressenti vraiment unique sur cette période de l’histoire…un côté à la fois beau et sombre, mystérieux et chevaleresque.  J’aime aussi les robes de l’époque et je travaille avec une créatrice de tenues médiévales « Ymala Créations » en Gironde, que je recommande vivement !
~ Où puises-tu ton inspiration de manière générale ?

Les préraphaélites représentent un courant que j’affectionne tout particulièrement. Dans le cinéma, Tim Burton a été un cinéaste que j’ai vraiment apprécié dans sa période Edward aux mains d’argent, Beetlejuice ou Big Fish, tout comme Emir Kusturica et ses films déjantés, Michel Gondry, la trilogie du Seigneur des Anneaux évidemment. Les livres de Barjavel, de Pierre Dubois et de Fabrice Colin, le roi Arthur et ses chevaliers. La musique celte aussi. Il m’arrive souvent de travailler en écoutant un morceau de musique qui correspond à l’ambiance que je veux donner. Je le faisais déjà pour les livres et je trouve que c’est un moyen de s’immerger totalement dans son travail.
J’aime aussi certaines BD qui ont un visuel qui m’inspire tel que Le Vent dans les Saules de Kenneth Graham, Peter Pan de Loisel même si l’univers est beaucoup plus glauque que mes photographies.
Parfois, dans une œuvre, on retient des détails plus captivants, des sensations et ça permet de forger quelque chose de nouveau.

~ Comment prépares-tu un shoot ? Est-ce que tu travailles beaucoup en amont ?

Cela dépend des séances. Certaines sont plus complexes que d’autres.
Déjà je n’ai jamais un déroulé précis : je sais que de toute manière, selon l’inspiration et les conditions de la journée (il y a toujours des imprévus) je vais changer des choses et suivre des chemins différents. Ce sont plus des idées, des mots, une ambiance générale.
Si j’ai besoin de beaucoup d’éléments, je contacte des artistes pour les bijoux, les accessoires et les costumes. C’est un travail de recherche qui prend du temps. Il arrive aussi que l’on soit obligé de créer spécialement pour la séance : nuages en coton, étoiles en papier…
Ensuite, s’il y a besoin, je réfléchis à un maquillage artistique : je le fais moi-même depuis deux ans maintenant. C’est un art que je ne maîtrise pas encore complètement mais je fais de mon mieux, et cela a été très bien accueilli par les gens.
Enfin, le repérage d’un lieu, qui concorde avec ce que je souhaite, est peut-être le plus difficile.
Je travaille toujours en extérieur, ce qui me demande de me renouveler souvent.

~ Tu as fait des photos avec des loups, peux-tu nous raconter cette expérience ?

La première expérience avec des chiens loups a été géniale. Ils sont assez impressionnants avec leurs regards et leurs carrures. Ils en imposent de suite sur les images. Ça a été un vrai bonheur de travailler avec eux. Ce qui était amusant, c’est que c’était de l’improvisation, une toute autre forme de travail. Les animaux ne sont pas comme les humains. On ne peut pas leur dicter une conduite ou du moins, il y a des limites. La maîtresse était sur place et elle a su parfaitement les guider. Elle a rassuré la modèle qui n’était pas très à l’aise et qui est finalement tombée amoureuse de Dakota, un des chiens loups. Il faut savoir s’adapter : parfois l’animal va faire tout ce qu’on lui dit, parfois il a besoin d’aller voir ailleurs, de se défouler et on recommence un peu plus tard. Il faut de la patience.
Je l’ai appris avec eux, mais aussi avec les serpents et les chouettes. J’ai eu l’occasion de travailler avec un berger suisse tout aussi adorable et je dois faire un projet avec un husky normalement en août !

 ~ On te sent très proche de la nature, est-ce le cas ?

Mon père m’y a habituée depuis mon enfance. J’ai fait beaucoup de promenades avec lui et j’ai appris à respecter la nature. Il y a beaucoup de lieux à préserver et à découvrir. Mes photos montrent certains de ces endroits que l’on ne soupçonne pas toujours : si j’ai un conseil à donner aux gens, c’est de se promener dans les forêts, même à la sortie des villes, vous allez y découvrir des trésors ! J’ai souvent des retours sur leurs beautés, et je suis contente de sensibiliser les gens à travers mes photos. Les arbres étaient d’ailleurs mes premiers modèles, avec une préférence pour les très anciens et les plus biscornus.

  
~ Tu fais très peu de post-traitement, est-ce un parti pris ?

Alors j’en faisais beaucoup plus dans « Le Monde d’Eleowine », du moins il était plus visible. Car il ne faut pas s’y méprendre : sur certaines photos, il y en a peu, sur d’autres il y en a beaucoup plus que ce que l’on peut « voir ». Certaines ombres ajoutées qui donnent une toute autre ambiance à l’image par exemple. Des retouches plus subtiles mais qui font toute la différence. Certaines me prennent pas mal de temps et d’autres, sont effectivement très peu retouchées. Cela dépend de mes envies !

~ Quels conseils donnerais-tu à ceux qui veulent se lancer dans la photographie ?

C’est très cliché mais…faites ce que vous aimez !!! De prendre toutes les critiques qui peuvent vous faire avancer. Et pour ceux qui ne savent pas encore leur univers, leur chemin, tentez, créez, faites tout ce que vous pouvez…et vous verrez bien plus tard ce qui vous fait vraiment plaisir.

La ronde des fées
* * *
En savoir plus :

Une réflexion sur “Les fééries de Mademoiselle Rose

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s