Alianore, de Gabriel Bassian et Victor Jaquier



Date de parution : 5 mars 2010

Texte de Gabriel BASSIAN et illustrations de Victor JAQUIER
Collection : Atelier Génétique
Édition : Les Presses Littéraires
La vieille dame tendit la paume de sa main vers le ciel pour recueillir un peu d’eau de pluie. Elle but l’eau et fit un vœu : « Je voudrais, avant de mourir, avoir une compagnie pour mes derniers jours ! » En réponse à cette incantation, le pays Très-Haut envoie sur terre Alianore, une étrange enfant au visage lunaire, encadré par des cheveux sombres et raides, pour tenir compagnie à l’ancienne dans sa maison biscornue. Lorsque la vieille dame finit par rendre son dernier soupir, Alianore se retrouve piégée à l’intérieur de la bicoque tordue, jusqu’au jour où une sorcière décide d’investir les lieux. Mal à l’aise devant cette enfant qui ne grandit pas et qui « range » les cailloux de la forêt lorsqu’elle s’est acquittée des corvées ménagères, la sorcière récite l’incantation du début et abandonne Alianore au milieu des bois. Commencent alors les périples de cette demoiselle pour retrouver sa route vers le pays Très-Haut. Le chemin sera évidemment parsemé d’embûches et l’enfant rencontrera d’étranges individus, comme un couple de bûcherons aux enfants tout à fait ignobles ou un ogre tourmenté par sa propre conscience.
Illustration de Victor Jaquier
Ce conte fantastique, à l’image de tous les contes, s’ouvre bel et bien sur un « Il était une fois ». Néanmoins, au delà de ce format « infantile », le lecteur avisé comprendra très vite qu’il a entre les mains un conte dans la même veine que les premières légendes orales, ramenées des obscures forêts d’outre-Rhin par les frères Grimm. Ce récit à la fois sombre et cruel, est doté d’une portée symbolique profonde qui transparaît à travers la prose de Gabriel BASSIAN et les illustrations très fouillées de Victor JAQUIER, gravées dans le papier à l’encre de Chine.
Illustration de Victor Jaquier
Alianore est un conte monochrome, au contenu à la fois onirique et dérangeant, un véritable hommage aux vieux contes cruels racontés au coin du feu dans les chaumières d’antan. Le livre est lui-même un objet de belle facture, imprimé sur du papier très épais et texturé pour rappeler les ouvrages à l’ancienne. Quant à savoir si le récit bénéficie d’une fin heureuse ou non, je ne peux que vous conseiller de vous procurer cette œuvre qui trouvera parfaitement sa place dans votre bibliothèque, auprès de ses prédécesseurs dont l’influence sur l’imaginaire collectif n’est plus à démontrer.
Le livre est directement disponible dans la boutique en ligne de l’éditeur.
***
En savoir plus:
Gabriel Bassian (aka Gabriel Delmas): http://www.gabrieldelmas.com/
Les Presses Littéraires: http://www.lespresseslitteraires.com/

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s