Les Astier Industries

par May Lune Photography

Qui sont les Astier Industries ?
Les Astier Industries c’est Astier, jeune illusionniste, et sa femme Gabriel, guide conférencière. Je les ai rencontrés grâce à de connaissances communes sur des festivals steampunk ( ex : Héro Festival – Marseille ) il y a maintenant environ deux ans.
Astier et Gaby ont plusieurs cordes à leurs arcs !
Astier présente des spectacles sur scène, aidé par sa femme qui, elle, est dans l’ombre la plupart du temps.
Se basant sur un énorme travail de recherches historiques (ça c’est la corde de Gaby) et sur l’idée du cabinet de curiosités (les cabinets de curiosités désignent des lieux dans lesquels on collectionne et présente une multitude d’objets rares ou étranges représentant les trois règnes : le monde animal, végétal et minéral), ils vous présenteront des objets insolites sur le folklore des chasseurs de vampire, des Witch Hunters, des poupées dites hantées ou encore sur le vaudou ou les loups garous, dans des spectacles tels que « Le Cabinet de Curiosités 1 » et le « Cabinet de Curiosités 2 : Ghost Stories ».
Des agents de terrain parcourent des kilomètres pour leur ramener des objets de par le monde, et cette collection (assez importante) a donné naissance au Musée des Hantiquités (sujet sur le quel je reviendrai un peu plus tard). Ces spectacles sont hypnotisants. Si vous avez l’occasion d’y assister, n’hésitez plus !
Si vous aimez l’étrange, le macabre, l’insolite : les portes sont ouvertes.
Interview :

par Mr Cana Photography.

~ Pouvez-vous vous présenter vous et votre travail en quelques mots ? 
Je m’appelle Astier, et je suis illusionniste. Mais un illusionniste un peu particulier…
Je travaille d’une manière assez peu conventionnelle. Essayant de «réintroduire la magie dans l’illusionnisme», je construis mes spectacles autour d’une collection privée d’objets étranges et curieux. Appareils de communication avec les morts, poupées hantées, objets vaudou… la liste serait trop longue, mais l’ensemble est très similaire aux cabinets de curiosités des 18 et 19èmes siècles !
~ Quel sont vos parcours personnels respectifs ?
C’est une longue histoire ! Pour faire court, j’ai commencé à rentrer dans le monde de la magie en étant recruté par une compagnie médiévale qui cherchait dans sa troupe un batteleur (les illusionnistes du Moyen-Âge). C’est donc pour la composition d’un rôle que j’ai étudié la prestidigitation «classique». Puis j’ai découvert le style qu’on appelle «magie bizarre» via un confrère magicien toulousain (aka Professeur Darrius de la compagnie Rêves Temporels). La machine était lancée…
~ Comment en êtes-vous arrivés à aborder ce genre de thèmes ?
Via le fait de pratiquer justement ce style, cette fameuse «magie bizarre». Une autre manière d’appréhender et de présenter l’illusionnisme, au travers du conte, de la mise en ambiance, du côté un peu intimiste aussi. Le tout appuyé par des objets d’époque, récupérés çà et là. Parfois de véritables pièces de musée, parfois des objets curieux ou oubliés.
~ Quelles sont vos sources d’inspiration ?
Cette question revient souvent, et m’amuse beaucoup, tout comme les remarques du style  «j’adore votre univers», parce que je dirais plus que ça relève de la documentation que de l’inspiration.
Travaillant sur de vrais objets d’époque, je n’invente pas d’histoires, je me renseigne plutôt sur les légendes et croyances d’autrefois, mais aussi les mœurs de l’époque, les contextes (sociaux, historiques, politiques, etc). Ce monde n’est pas le mien, c’est celui dans lequel nous vivons tous, j’en montre juste des facettes oubliées ou méconnues.
~ Astier, comment prépares-tu un spectacle ?
Question très compliquée ! Déjà, j’ai une collection assez vaste et qui s’enrichit sans cesse.
La construction d’un spectacle ne se fait pas selon des objets mais plutôt selon les thèmes que je veux développer. Par exemple, dans le spectacle «Cabinet de curiosités», l’idée était d’aborder un peu de tout, il y avait donc du spiritisme, du vaudou, des légendes allant du 14ème siècle jusqu’aux années 1920. L’idée était de survoler le paranormal et tout ce qu’il comportait comme sujets. Dans «Cabinet de curiosités 2», à l’inverse, il n’y a qu’un thème : celui des fantômes, tout comme dans le spectacle «Jack l’Éventreur» – ou le thème est, sans surprise, Jack l’Éventreur. Et aussi, certaines «recettes de préparations» d’un spectacle sont secrètes…
~ Comment voyez-vous votre travail évoluer ?
Notre idéal serait d’ouvrir un musée permanent dans le futur. Pour l’instant, je calme un peu la collection pour ne pas être envahi d’objets dans tous les coins, et me concentre sur les pièces vraiment intéressantes. Et de nombreuses pièces dorment dans un coin et n’ont pas encore été présentées au public…
~ D’où proviennent les objets de votre collection privée ?
D’un peu partout ! Brocantes, antiquaires, vides-greniers mais aussi recherches, parfois même de fouilles ! En ajoutant également à ça des donateurs qui contribuent à enrichir la collection et parfois nous aident à dénicher des objets particuliers !
~ En quoi consistent les recherches que vous menez lorsqu’un nouvel objet arrive dans votre collection ?
Premièrement : authentifier la pièce ! S’assurer que l’histoire ou les infos que nous en avons soient justes, que l’objet n’est pas une contrefaçon, si possible dater la pièce. Une fois l’authentification faite, nous passons à la documentation : renseignement sur l’objet, ses propriétaires, leur histoire. Lorsque l’objet est lié à une croyance ou un mythe, nous cherchons aussi l’explication rationnelle liée à la superstition (comme pour la psychose vampirique des 17 et 18èmes siècles qui est liée à une épidémie de rage qui a embrasé l’Europe).
~ Un petit mot pour la fin ?
Venez voir Astier sur scène! Rien ne vaut l’expérience du live !

par Mr Cana Photography
~ ~ ~ 

Le Musée :

J’ai eu l’occasion au mois d’août 2016 d’aider les Astier Industries à tenir le musée éphémère des Hantiquités à Marseille. Il avait élu domicile au Théâtre Tatie durant un mois sur le Vieux Port. Le principe était d’exposer la collection privée des Astier Industries en quasi totalité sur x temps dans un lieu culturel. Grâce aux visites guidées menées par Gaby et Astier, le visiteur se voit plongé dans un univers unique en son genre. On peut retrouver certains de ces objets lors des spectacles donnés sur scène, cependant on y voit jamais la totalité de la collection. D’où le grand intérêt de prendre le temps d’aller visiter le musée quand il s’installe quelque part. Il diffère des autres musées car vos hôtes prennent le temps de s’occuper de vous, de vous présenter toute la collection et de répondre à toutes vos interrogations !


Amélia – Collection privée des Astier Industries – Musée Ephémère 2016 – Photo : Marie Troadec

* * *

Allez plus loin :
Site des Astier Industries 
Page Facebook

Une réflexion sur “Les Astier Industries

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s