Mïrya Trïstounetta ou la fantasmagorie sculptée

Mon coeur s’est littéralement arrêté de battre l’espace d’un instant lorsque j’ai découvert son travail en 2007. J’ai eu pour ainsi dire un coup de foudre artistique en découvrant ses Dark Dolls en feutrine, captivée par son univers unique entre les « Super Nanas » et l’imaginaire burtonien. Ce qui m’a interpellé dans ses premières créations était ce mélange d’inspirations sombres magnifiées par des touches colorées issues des mangas. Quelques années plus tard, j’ai eu la chance de la rencontrer tout à fait par hasard lors d’une soirée dark à Nancy. Nous avons parlé ensemble de « presque » tout et curieusement pas de son art. Depuis, Mïrya Trïstounetta a évolué. En effet, ses poupées et ses bijoux sculptés sont plus que de simples objets, ce sont des œuvres d’art façonnées par son imaginaire débordant et scalpées par sa déroutante empreinte poétique. De la feutrine aux poupées et autres êtres elfiques ou mystiques, Mïrya est une artiste qui a de l’or au bout des doigts.

Mïrya dans son atelier

 

~ Bonjour Mïrya, expliquez-moi comment vous êtes devenue « créatrice de poupées fantasmagoriques » ?

C’est une longue histoire ou même de très longues histoires mais très simples en même temps ! Il y a eu ce fameux soir de Noël avec un « vrai » sapin. Beaucoup de cadeaux étaient plantés devant le monstre ! L’heure de l’arrachage de cadeaux sans paquets est arrivée et mes grands yeux de frêle petiote a zoomé sur une créature avec un imper vert pâle brillant. Immédiatement  j’ai crié : « Elle est à moi ! » C’est alors qu’une lumière intense nous a encerclé le sapin, mon papa et moi ainsi que cette déesse venue d’une autre planète ! Quelques instants après ce flash un cri a retenti. C’était celui de ma cousine germaine Nat et ma marraine m’a dit cash que cette poupée n’était pas pour moi…

~ C’est vraiment triste tout ça. Parlons d’autre chose. Le passé est le passé ! La première fois que j’ai vu votre travail, c’était avec les poupées en feutrine. Désormais vous façonnez avec minutie des personnages en polymère (univers dark dans la veine de Tim Burton, des elfes, des lutins…). S’agit-il d’une évolution ?

Non plutôt d’une régression ! En fait, j’ai commencé par le modelage et la sculpture de poupées vers 2001, mais j’avais déjà essayé de modeler des têtes de poupées dans les années 90, et puis j’ai abandonné. Lors d’un déménagement j’ai retrouvé ces têtes dans un carton et cela m’a donné envie de réessayer. Comme je suis fan de nature, ma première poupée entière avec ses petits habits était une elfe. J’ai d’ailleurs exposé mes premières poupées en polymère dans la forêt en 2002.

Miranza, l’elfe-feuille

Concernant la couture de poupées en feutrine, c’est grâce à ma maman couturière qui me confectionnait des poupées en tissus quand j’étais petite, et j’ai voulu faire comme elle. Ma première poupée en feutrine était Betty Boop ! Rien de personnel et puis j’ai dessiné mes propres personnages.

Processus de création

~ Tout s’explique donc ! Le hasard et la famille ont mis leur grain de sel ! Sinon, votre passion dévorante vous amène aussi à créer des bijoux tout droit sortis de votre imaginaire poétique. Une envie de les porter au plus près de vous ?

La création de bijoux c’est à cause des noix ! J’adore manger des noix ! Un jour, j’ai eu cette idée de modeler de petits bébés pour les mettre dans des noix et en faire des pendentifs… et puis j’ai continué de créer des bijoux avec d’autres supports comme les bagues, juste une tête de minuscule poupée, toujours en respectant le thème de ma passion : les poupées, les petits êtres, etc.. mais je porte très rarement sur moi mes bijoux-dolls.

Pendentifs Elfes-Dolls
Miss Cerizette (Thème : Les Encadrées)

~ Je suis tombée sous le charme de ce dessin. Qu’est-ce qu’il vous évoque ? Quelle est son histoire, même courte ? Il faut vous reposer après Le P’tit Baz’Art du week end dernier…

Dessin

Ce dessin est très vieux. C’est un dessin sur carton plume qui est incrusté de tissus. Je ne me souviens plus trop, juste que j’étais dans une période ou j’étais très seule.

~ Je sais que la Réalité n’est pas votre tasse de thé mais – dans la vie réelle – avec qui rêveriez-vous de collaborer ? 

Dans la vie je suis plutôt quelqu’un de solitaire et indépendant. J’ai un travail à temps partiel pour payer mes factures et le reste du temps je le consacre à ma passion et mes proches donc difficile de répondre même si certains artistes me font rêver et que j’aimerais rencontrer ! Mais si Tim Burton ou Guillermo del Toro me demandaient de participer à un de leur projet ce serait un miracle !

 

La petite reine adorée aux yeux dorés

 

Yathô

~ C’est bientôt les Fêtes de fin d’année et je vous souhaite vraiment de collaborer avec eux ! Pour finir, dites-moi tout… quels sont vos projets pour l’année à venir ? Comment voyez-vous 2017 ?

Je ne fais qu’une ou deux expositions par an à cause de mon métier. Je travaille le samedi ce qui freine considérablement les dates pour des expos. J’aimerais beaucoup en faire une à Paris en 2017. D’ailleurs, j’ai déjà le lieu. La prochaine étape est d’ouvrir une boutique sur internet et de préparer une expo en solo sur Nancy. Pour ce faire, je recherche une galerie ou une MJC pouvant accueillir mon univers bizarroïde !

Poupée et décor en polymère sur mesure

 

Les Siamoises Monä & Ninä

 

Mäd la Mauvaise Graine
Nathyvaä et son frère Mirnyvaä

Mïrya Trïstounetta est une artiste hors du commun qui n’a pas son pareil pour mettre en relief son imaginaire, faisant de son atelier l’antre de ses secrets révélés au grand jour. Il est fascinant de se rendre compte encore que l’art n’est pas seulement la résultante d’une expression de soi pour panser les blessures. L’art est un prolongement de notre être sensible par trop malmené par la raison. Pour Mïrya, son retour à la création fait suite à un rêve éveillé où ses elfes sont venus à sa rencontre au milieu d’une forêt. Quoi qu’il en soit, le beau n’est pas seulement défini par les normes, celui-ci est nourrit par des artistes comme Mïrya Trïstounetta qui, au hasard d’un carton réouvert, a renoué avec sa propre quête du beau. Depuis sa première exposition au milieu de Mère Nature, liInspiration ne la lâche plus, donnant naissance à ses multiples rêveries solitaires, toujours heureuse de partager sa passion… comme au premier jour.

 
 
* * *

 

 

En savoir plus :

Site
Page Facebook

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s