Les clichés hors du temps d’Angélique Boissière

Angelique Boissière est une jeune photographe d’origine nantaise. Tout d’abord modèle, elle est petit à petit venue de l’autre côté de l’objectif, privilégiant les méthodes de photographie anciennes, comme l’argentique. Elle s’est surtout spécialisée dans le portrait féminin, qu’il soit sans fard, en contraste avec la nature, ou plus mode. On retient principalement ses travaux en noir et blanc, puisqu’elle utilise plus rarement la couleur, toujours avec le grain particulier de l’argentique. Voici son interview !

Autoportrait.

~ Bonjour Angélique ! Peux-tu nous raconter ton parcours ? Que fais-tu dans la vie, mis à part photographier ?

Je suis née en 1992 à Nantes, ville ou je réside toujours actuellement. Avant ma passion pour la photo, j’étais initialement attirée par la peinture et le dessin.
Ma mère étant peintre plasticienne, j’ai été baignée dans une atmosphère artistique depuis toute petite. J’ai toujours fait beaucoup de création manuelle, des visites aux musées, et je me suis intéressée à l’Histoire de l’art très tôt. Nous avions beaucoup de livres d’art à la maison sur la peinture italienne, la peinture flamande, ou encore les impressionnistes… Et tout cela a fermenté en moi. L’art est devenu une valeur essentielle.
J’ai toujours su que je voulais faire un métier dans ce domaine, et je suis ainsi devenue graphiste par raison, et photographe par passion. Le graphisme est très solitaire alors que la photographie me permet de m’ouvrir aux autres.

~ Tu poses depuis un certain temps devant l’objectif, qu’est-ce qui t’a donné envie de le faire, et pourquoi ?

J’ai beaucoup posé en l’espace de quatre années. Cela m’a permis de décompresser par rapport à mes études en arts appliqués qui étaient très denses, mais surtout d’exprimer ma créativité, car les arts appliqués étant très techniques, ils laissent peu de place à la création. J’en étais très frustrée.
A vrai dire, je me suis toujours sentie plus photographe que modèle car j’ai toujours fortement influencé les séances vers mon univers. J’ai donc tout bêtement commencé à poser afin de nouer avec la photo et de créer des images. À l’heure actuelle je ne pose plus du tout. Je pense être définitivement passée à autre chose.

Malou et Oliv 2
modèles : Malou et Oliv.
Lily Sly 9
modèle : Lily Sly.

~ Tu t’es mise à photographier toi-même, des gens, ou des autoportraits. Était-ce quelque chose que tu as toujours voulu faire ?

Je pense que j’ai préféré commencer par poser car je ne me sentais pas capable techniquement d’arriver à faire une bonne photo, mais j’avais les idées. Au fond, c’est ce que j’ai toujours voulu faire. Comme je le disais précédemment, je me suis toujours sentie davantage photographe.
Petit à petit, j’étais frustrée de ne pas pouvoir m’exprimer pleinement par la pose, de devoir suivre les idées des photographes. J’avais quelque chose à dire et il fallait que je le raconte. J’ai donc décidé de franchir le pas en faisant poser à mon tour, et j’ai découvert le plaisir de décider ma photo toute seule.
En ce qui concerne l’autoportrait, j’en ai toujours fait dans une moindre mesure : comme ça pour m’amuser, mais rares sont ceux que je montre. J’en suis souvent insatisfaite.

~ Penses-tu que poser a permis d’affiner ton regard sur l’image ?

Poser est probablement la meilleure formation qu’on peut avoir en photographie. Observer et apprendre de la technique de chacun a été un formidable point de départ, pour savoir ce que je voulais faire et ce que je ne voulais pas faire. Mon regard s’est ainsi beaucoup affiné en quelques années grâce à cela, mais je suis aussi très curieuse et observatrice de nature. Ce qui est très intéressant dans la pose, c’est de regarder comment chaque photographe s’y prend pour obtenir l’expression qu’il souhaite capturer.

1505391_1649839171964332_3878982012215457206_n
modèle : Anne Rivière.

~ Pourquoi avoir choisi l’argentique comme moyen photographique ?

Je suis fascinée par la première partie du XXe siècle. J’aurais du naître à cette époque car toute l’esthétique de ces années me plaît énormément, et plus particulièrement la mode et les appareils photo.
La plupart des gens voient l’argentique comme une technique trop longue et compliquée car nous sommes dans l’ère de l’immédiat et ils n’ont plus envie de prendre le temps. Finalement, l’argentique est très simple à appliquer lorsqu’on connaît un minimum la technique. Pour ma part, je suis bien incapable de faire une seule bonne photo en numérique. C’est ambivalent car je suis une personne très speed dans la vie. D’une certaine façon, la photo argentique me canalise. Je n’aime pas faire du numérique. Je n’aime ni la façon dont il me fait prendre des photo, ni son esthétique, et je n’en tire aucun plaisir.
L’argentique est un bel outil pour apprendre à réfléchir avant de déclencher. J’aime l’idée de prendre mon temps avant de découvrir l’image, j’aime le bruit métallique de l’obturateur lorsque je déclenche, j’aime ne prendre que très peu de photos par séances, j’aime voir l’image en inversé dans le dépoli, j’aime aussi réfléchir et noter en amont mes idées dans un carnet. Bref, autant d’arguments qui me poussent à continuer encore aujourd’hui et pour longtemps.

~ Tu fais surtout du noir et blanc, avec le grain si particulier des films. Pourquoi ce choix ? Est-ce que la couleur à sa place dans ta vision de l’image ?

En noir et blanc, les images évoquent le silence. L’élégance et le mystère qu’il apporte à mes images me plaît beaucoup. Il me permet de me concentrer sur l’essentiel, c’est-à-dire, les contrastes et l’émotion. Et puis, le grain du noir et blanc n’est pas sans me rappeler le granit et la pierre, ce qui colle parfaitement avec mes photos en bord de mer.
Bien sûr, j’aime la couleur car elle apporte des émotions différentes mais je la trouve plus compliquée à travailler. J’aime notamment l’utiliser pour de la photo « de mode » mais j’en suis encore au stade de l’expérimentation.

Hana couleurs 1
modèle : Hana.
Elise 1
modèle : Elise.

~ Tu t’es spécialisée dans les portraits chargés émotionnellement et dans les nus, qui concordent souvent avec un paysage. Qu’est-ce qui te plaît vraiment à photographier chez les modèles ?

Pour moi la photographie est un hymne à la beauté. Quand j’ai commencé la photo, mon seul but était de capturer la splendeur et la profondeur de celle-ci.
Je choisis minutieusement mes modèles. Elles ont toutes en commun leur beauté intemporelle : celle qui ne se démode jamais à travers les années et qui n’appartient à aucune époque. C’est la beauté telle que je la conçois. Et puis, je photographie et j’aimerais photographier ce qui me fascine et ce qui à la fois me fait peur : la mer, le temps qui passe, l’infini, la folie, la solitude, la mort… Et puis cette beauté bien sûr.
Je ne dirais pas que je me suis spécialisée dans un domaine car j’ai beaucoup d’envies complètement différentes pour le futur. En revanche je n’imagine pas ma photo sans sujet humain, car ils sont comme moi, et que je m’identifie à eux. Il y a une citation d’Oscar Wilde à ce sujet qui me parle beaucoup : « tout portrait peint avec sincérité est le portrait de l’artiste et non du modèle… » C’est un peu ça.

~ Quelle est ta vision de la photographie ?

Je cherche à transmettre par l’image quelque chose d’universel, des expériences humaines insignifiantes, mais finalement immuables. Il y a plein de choses à dire dans ce sens. Visuellement, mes images sont simples, elles n’ont vraiment pas de particularités, c’est ce qui fait marcher l’imaginaire propre à chacun.
Quand je réfléchis aux photos qui m’ont le plus marquée, elles ont toutes en commun leur extrême efficacité. Ce sont de grandes photos, pourtant dénuées de tout décor, mais qui sont d’une intensité incroyable. Elles fascinent par leur simplicité et leur perfection. Je pense notamment aux portraits de Paolo Roversi ou Sally Mann.
Je suis convaincue qu’épurer ses photos donne un rendu aussi intemporel que moderne, mais qui demande une extrême habileté. Je tends vers cela.

Alena 3
modèle : Alena.

~ Tu photographies principalement des femmes. Quelle est ta vision des femmes justement, que cherches-tu à montrer en les prenant en photo ? Te sens-tu appartenir au mouvement féministe ?

De tout temps, les muses sont des femmes, certainement parce qu’elles ont un caractère énigmatique. Elles sont de véritables mystères. C’est ce qui m’inspire chez mes sujets.
Il est vrai que la photo est un domaine très sexiste, mais mon travail n’a aucun propos féministe. Évidemment, je suis une femme, je ne peux qu’être féministe et cela se ressent sûrement dans ma représentation de la femme, mais je ne cherche pas à dénoncer ou à revendiquer quoi que ce soit.
Ainsi, je ne les sexualise jamais et je les représente toujours droites et insoumises, en particulier lorsqu’elles sont nues. Le nu ne doit pas être honteux, ni sexuel, il est dans mes photos tout à fait naturel.

~ Quels sont tes projets pour cette année ?

J’ai beaucoup trop d’idées en tête pour pouvoir toutes les réaliser en une année. Mon plus grand souhait serait de sortir un premier livre. Ce serait un opus de « Afloat, memories and the sea », afin de clore cette série et de repartir sur autre chose.
Et, en ce qui concerne mes nouvelles idées, j’ai envie de me consacrer à des procédés photographiques encore plus anciens : le cyanotype, et le grand format à la chambre. Je trouve complètement incroyable de pratiquer encore ces lointaines techniques.

Berangère 5
modèle : Violette Décembre
Zaza et Zoé 1
modèles : Zaza et Zoé.

 

 

* * *

 

 

En savoir plus :

Page Facebook
Site


→ Cet article vous a plu ? N’hésitez pas à nous soutenir financièrement sur Tipeee, plateforme de mécénat participatif !

3 réflexions sur “Les clichés hors du temps d’Angélique Boissière

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s