Sorcières ! Le sombre grimoire du féminin, de Julie Proust-Tanguy

julieprousttanguy-livre-sorcieresSorcières ! Le sombre grimoire du féminin, est un essai paru chez les éditions Moutons Électriques, et écrit par Julie Proust-Tanguy, professeure de Lettres classiques. L’auteure s’est attachée à analyser le mythe de la sorcière, depuis l’Antiquité jusqu’à nos jours, passant de la guérisseuse devenue démon médiéval jusqu’à la série Charmed et aux livres Harry Potter. Son propos n’est pas seulement historique, mais est aussi un véritable travail de littérature comparée, puisqu’il compare littérature, peinture et cinéma sur le sujet,  et de sociologie, puisque le point de vue féministe aborde la question du patriarcat et de la pesanteur religieuse, à l’origine de l’évocation de la sorcière comme un être démoniaque.

L’essai est composé de sept parties si l’on compte l’introduction et la conclusion. L’auteure  dresse un portrait de la sorcière, à l’origine la guérisseuse antique, mi-pythie mi-sage-femme, qui s’est muée, avec la religion catholique, en une hérétique qui pratique le satanisme, offrant les bébés qu’elle vient d’accoucher au Diable. Puis vient la Renaissance et la redécouverte des auteurs antiques, des connaissances scientifiques oubliées, de l’art en trois dimensions ; les XVIIe et XVIIIe voient des philosophes remettre en question la religion, et avec elle, ses superstitions et autre diableries. La sorcière se fait discrète. Au XIXe, elle revient en fanfare, se fait succube dévorant l’âme des poètes, femme rousse sensuelle, fée sans merci dont les chevaliers tombent sous l’emprise ; elle perd de son pouvoir malfaisant et réel, et entre dans la légende, seuls les écrivains la raniment et lui donnent une voix : d’abord femme incomprise, qui n’a de démoniaque que son audace et son sexe. Enfin, arrive le XXe siècle, et avec lui ses films, ses séries, ses livres. La sorcière n’est plus qu’un personnage de fiction, abordé sous toutes ses coutures. Le féminisme frappe et fait de la sorcière une simple femme du peuple, que sa solitude et ses connaissances des plantes mettaient à l’écart, le bouc émissaire par excellence d’une société sclérosée par une religion entretenant les gens dans la frustration et l’ignorance, la victime du patriarcat.

Ce livre passionnant, mené d’une plume de maître, se dévore à la tombée du jour. Des illustrations complètent le propos fort bien documenté et nourri, qui permet au lecteur à la fois de s’évader, mais aussi d’apprendre réellement comment le personnage de la sorcière s’est façonné à travers les âges, pour n’en faire aujourd’hui qu’un fantasme artistique et littéraire. A moins… que vous ne croyiez en la magie ?

Sorcières ! Le sombre grimoire du féminin, par Julie Proust-Tanguy, éd. Les Moutons Électriques, 2015.

 


→ Cet article vous a plu ? N’hésitez pas à nous soutenir financièrement sur Tipeee, plateforme de mécénat participatif !

Une réflexion sur “Sorcières ! Le sombre grimoire du féminin, de Julie Proust-Tanguy

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s