Exodes, de Jean-Marc Ligny.

A46205Jean-Marc Ligny est un auteur français de science-fiction. Il a écrit plus d’une quarantaine de livres et reçu de nombreux prix. Exodes a d’abord été publié aux éditions de  l’Atalante et a reçu le Prix Européens aux Utopiales de 2013. Je me suis procuré ce roman en format de poche, et j’ai été immédiatement happée par la force de l’univers et l’écriture si particulière de son auteur.

Roman d’anticipation tellement réaliste que c’en est effrayant, Jean-Marc Ligny dresse le portrait d’un monde en pleine apocalypse : le réchauffement climatique qui mène à des guerres d’immigrations, la disparition de presque toutes les espèces animales, de l’eau potable, les plus riches qui s’abritent dans des enclaves -sortes de dômes haute technologie permettant d’arrêter les rayons meurtriers du soleil, tenant à distance les plus pauvres, qui deviennent soit des survivants en quête du peu qu’ils trouvent à manger et boire, soit des mangemorts (des affamés qui finissent cannibales et attaquent tout ce qui bouge et ne bouge plus), soit des boutefeux (nihilisme suprême, éradiquer l’homme et tout ce qui va avec en cramant tout sur leur passage). Dans ce monde hostile, on suit plusieurs personnages, dont Pradeesh Gorayan, un scientifique qui travaille pour les dirigeants des enclaves ; Fernando, jeune espagnol qui se fera entraîner par des boutefeux et sa mère Mercedes Sanchez, dévote qui partira à sa recherche avec courage malgré son paludisme ; Paula Rossi et ses deux enfants, qui fuient l’Italie à la recherche d’un médecin pour soigner le cadet malade ; Olaf Eriksson et sa femme, qui vivent dans un village de pêcheurs en Norvège, au bord de la guerre civile, etc.

Jean-Marc Ligny nous décrit un monde désespéré, cynique et au bord du gouffre. Et pourtant, les protagonistes sont avides d’espoir. Entre Mercedes alimentée par sa foi en Dieu, Paula par son devoir de mère, ou encore Pradeesh par son travail scientifique, tous ont un but, celui de vivre le plus longtemps possible sur cette planète mourante, de faire un peu de bien autour d’eux malgré la méfiance inhérente à la vie de vagabond affamé. La plume mordante de l’auteur ajoute à l’intensité des atmosphères, et l’angoisse monte petit à petit au fur et à mesure de la lecture. On ne peut s’empêcher de faire des parallèles avec notre monde actuel, dirigé par une masse abêtie et avide, et d’y voir un avertissement, que nous connaissons pourtant au plus profond de nous-mêmes, mais que nous ignorons par lâcheté ou incompréhension : si nous ne faisons pas plus attention à notre environnement, c’est nous-mêmes que nous tuons. Le monde apocalyptique de Ligny démontre par petites phrases acérées ici et là que ce n’est pas tant à cause du climat inhospitalier que l’humanité se meure, mais parce qu’elle ne s’entraide pas. A méditer donc…

Exodes, de Jean-Marc Ligny, éd. Gallimard, coll. Folio SF.

 


→ Cet article vous a plu ? N’hésitez pas à nous soutenir financièrement sur Tipeee, plateforme de mécénat participatif !

Une réflexion sur “Exodes, de Jean-Marc Ligny.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s