Septembre, mois de la passerelle enflammée.

Il était une fois…

… le mois du changement, des noisettes et de l’odeur de la pluie dans la terre. Le vent âpre caressant nos visages, le gris des nuages, aussi doux que menaçants, les forêts aux couleurs des renards… Le mois de septembre est placé sous le signe de la transformation de la nature, mais aussi du déclin. Les jours font place aux nuits plus longues, théâtre des créatures nocturnes qui peuplent les landes brumeuses.

Où que se porte notre regard, ce dernier est irrévocablement attiré par une forme de changement. Un cercle ? Une spirale ? C’est exact ! Le cycle des saisons — comme de la vie — est représenté par une boucle sans fin, tourbillonnant comme une coquille d’escargot, aux couleurs de la voie lactée.

leaf-3341897_1280
« Rien ne périt, mais (comme le Soleil et l’Année) chaque Chose décrit un Cercle, plus ou moins grand, est renouvelée et rafraîchie dans ses Révolutions, » Robert Kirk, The Secret Commonwealth.

Les spirales s’entrecroisent dans les arts celtes. Les chambres funéraires sont ornées d’entrelacs, les danses s’effectuent traditionnellement en cercle… Cette forme semble être la participation de l’homme face aux mystères de l’univers. De la floraison jusqu’à la chute des feuilles, les flux d’énergies nous traversent toute l’année. De la même manière que nous discernons le jour et la nuit, les peuples celtes divisaient l’année en deux grandes parties : gam (l’hiver) et sam (l’été). Ces mots ont une signification plus profonde comme obscurité et lumière, voire même mâle et femelle. L’automne se situe parfaitement au centre de cette roue des saisons.

Septembre est aussi le mois qui abrite de nombreuses cérémonies pour les esprits des récoltes. Suite à la fête de Lughnasadh, les britanniques, les irlandais et les highlanders se livraient aisément à ce type de célébrations lors du premier mois d’automne. À la fin des moissons, les habitants des landes vertes se réunissaient pour célébrer une grande fête nommée « la fête de la jeune fille », célébrant l’esprit de ces récoltes, représentée par une gerbe décorée. Suite à la cérémonie, celle-ci était suspendue dans les maisons comme signe favorable pour l’automne et pour l’hiver à venir. Certaines traditions tenaient à garder cette gerbe afin de confectionner un lit de Bride à Imbolc.

Mabon, plus connue sous le nom de l’équinoxe d’automne chez les Celtes, marque la fin des récoltes de la période sam. L’équinoxe représente le parfait équilibre entre la période lumineuse et la période sombre. Il serait notable de rappeler que l’équinoxe d’automne n’est pas une véritable fête ancrée depuis des millénaires. Le mouvement néo-païen des wiccans s’est réapproprié la culture celte et païenne. En effet, durant les années 1970, c’est Aidan Kelly qui créé la fête de Mabon. À l’origine, le nom de « Mabon » vient du culte de « Maponos« , également attesté en Gaules. De plus, Mabon est le plus souvent désigné comme le fils de Modron, « la mère divine ».

L’automne est une saison où il fait bon être,
il y a du travail pour tous avant les jours
très courts.
Faons tachetés parmi les biches,
les massifs rouges de fougères les abritent ;
les cerfs dévalent les pentes des collines
au brame de la harde de daims.
Glands succulents dans les forêts vastes,
chaumes dans les champs de blé sur la terre brune.
Il a des buissons d’épines et des ronces
piquantes
au milieu de la cour en ruine ;
le sol dur est recouvert de fruits lourds.
Les noisettes de bonne récolte tombent des
vieux arbres énormes dans les fossés.

IRLANDAIS, XIe siècle.

automne

Plantes d’automne :

La période de l’équinoxe d’automne est la saison parfaite pour ramasser des champignons, des noisettes et des châtaignes, mais aussi d’autres plantes aux bienfaits miraculeux !

Parmi les symboles qui fondent les sociétés des Indo-européens se trouvent le pilier de la vie : l’arbre. Cet élément de la nature se retrouve au centre de plusieurs cosmogonies païennes comme le frêne Yggdrasil. Son enracinement dans les profondeurs de la terre autant que son ascension vers le ciel représente, chez les Celtes, le symbole de la vie mais aussi des trois mondes : souterrain, terrestre et céleste.  Les if, les chênes et les sorbiers étaient particulièrement appréciés des peuples celtes.

Le Sorbier – Sobus Aucuparia :

Autre que la couleur rougeoyante de nos forêts européennes, le sorbier, autrement appelé « bois sacré », peuple les collines et les montagnes de ses jolis grelots écarlates. Durant le mois de septembre, les peuples celtes raffolaient de cet arbre grâce à sa réputation magique, de telle façon qu’il prit le nom de « l’arbre du sorcier ».

La mythologie irlandaise mentionne cet arbuste dans les récits mythiques. On raconte que les Tuatha Dé Dannan avait apporté le sorbier de Tir Tairngir, « le pays de la promesse » en Irlande. Ce peuple légendaire disait de cet arbre qu’il était un véritable bonheur pour le vin et l’hydromel. Raison de plus pour aimer le sorbier !

C’est au XVIIe siècle que John Evelyn, herboriste anglais, écrit sur cette plante si prisée  :

La bière ou l’ale brassée à partir de ces baies arrivées à maturité, est une boisson comparable que l’on consomme communément au Pays de Galles, où cet arbre est considéré comme si sacré qu’il n’y a pas de cimetière sans un sorbier qui y est planté…

sorbier

La Luzerne – Medicago Sativa :

La luzerne doit son nom au mot provençal luzerno, qui signifie « ver luisant », lui-même dérivé du latin lucerna, « la lanterne »à cause de l’aspect brillant de ses graines. La luzerne est une variété de plante fourragère, autrement appelée « grand trèfle ». Très apprécié de l’homme, la luzerne est une plante que l’on retrouve dans les récoltes céréalières et peut être considérée comme une légumineuse nourrissante. Ses jolies feuilles mauves sont très riches en protéines, en vitamines et en sels minéraux.

La luzerne contient également de la saponine, c’est-à-dire un savon naturel. Vous pouvez faire bouillir les feuilles séchées de cette plante durant une quinzaine de minutes pour vous en servir comme nettoyant automnal !

Cèdre – Cedrus :

Les cèdres sont de grands arbres feuillus et au port imposant qui fleurissent en automne. Ces forces de la nature peuvent vivre pendant plusieurs siècles ! Cet arbre a été longtemps utilisé pour la construction de bâtiments religieux grâce à sa symbolique, et la pureté du bois qui ne dépérit pas avec le temps.

L’huile essentielle de cèdre possède des bienfaits époustouflants. Outre sa forte odeur boisée, le cèdre est réputé comme puissant antiseptique, mais aussi pour ses vertus relaxantes et drainantes.

 

cedar-balance-sheet-1467608_960_720

Méditer avec Aigle Veilleur (votre rédactrice) et les saisons :

Comme le mois de septembre, notre corps est en pleine transformation. Aux frontières des flammes de l’été et des flocons de neige de décembre, septembre nous offre une multitude de métamorphoses à découvrir.

Connaissez-vous Ceridwen ? On dit qu’elle était principalement connue comme étant une grande magicienne, mais Ceridwen est avant tout la déesse galloise de la mort et de la fertilité. Elle a influencé les plus grandes magiciennes de l’Occident. De plus, la déesse celte est associée à l’automne ! Accompagnée d’un serpent, cet animal représente dans nombre de cultures un symbole de guérison.

Je vous propose une petite séance de méditation avec le chaudron de Ceridwen, inspirée des présentations méditatives de Mara Freeman :

 » Asseyez-vous ou allongez-vous dans un endroit confortable où vous vous sentez en sécurité.
Pensez à un élément de votre vie que vous souhaitez transformer, comme une situation, une relation, une mauvaise habitude… Puis écrivez cette transformation sur un bout de papier que vous allez garder dans votre main lors du voyage.

Vous déambulez parmi la faune et la flore du Lac Bala. Les lueurs orangées du soleil couchant embrasent le ciel, et les oiseaux volent et tournoient au-dessus de vous. Prenez le temps de vous imprégner de cette nature apaisante.
De l’autre côté du lac se trouve une petite maison. Vous devez vous y rendre. Choisissez le moyen de vous y rendre, à pied ou à la nage. Lorsque vous êtes près de la maison, vous apercevez un jeune adolescent aux cheveux noirs, accompagné d’un corbeau sur son épaule. Il vous permet de rentrer dans cette maison.
Plusieurs lueurs dansent à l’intérieur de cette maison, et votre regard se porte sur le feu dans l’âtre. Une femme se tient près de celui-ci et vous demande ce que vous voulez transformer. Elle vous fait signe de vous approcher du chaudron qui bouillonne sous le feu.

(Mettez le morceau de papier dans un bol ou dans un récipient puis refermez les yeux.)

Tandis que le papier disparaît dans le chaudron incandescent, vous regardez les bulles se former, puis le liquide redevient paisible comme la surface du lac.
Maintenant, contemple votre intérieur. Remarquez les changements qui se sont opérés et prenez le temps de les accueillir. La femme vous tend un calice rempli du liquide du chaudron : c’est l’élixir d’Awen.
Buvez la boisson et sentez l’espérance d’un avenir lumineux s’offrir à vous. Il est temps de changer positivement.
Maintenant, remerciez la femme et l’enfant et ouvrez les yeux. »

Et vous, que vous inspire le mois de septembre ?

 


Sources :

Mara Freeman, Vivre la tradition celtique au fil des saisons, Paris, 2002, Guy Trédaniel éditeur.

Photos issues du site https://pixabay.com/fr/

STERCKX Claude, Éléments de cosmogonie celtique, Bruxelles, éditions de l’Université de Bruxelles, 1986.

https://www.mr-plantes.com/2010/09/huile-essentielle-de-cedre/

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s