Présentation de Krampus, le diable de Noël

Pour les enfants en particulier, les fêtes de Noël sont des moments magiques, une période de repos bien mérité après de longs mois de travail et d’ennui à l’école. Mais avant tout, c’est le moment où le Père Noël descend du pole Nord pour les couvrir de cadeaux ! Pourvu qu’ils se soient montré gentils, bien sûr…

De nos jours, cette notion de « gentillesse » n’est pas très claire. L’envie d’offrir (et de consommer) a pris le pas sur toute notion de bien ou de mal. Cependant, en fouillant un peu dans le passé, on réalise à quel point les générations d’enfants précédentes avaient dû subir une pression constante à cette période de l’année.

Nous ne vous apprendrons sans doute rien en vous disant que le Père Noël est une version américanisée de saint Nicolas, une figure catholique célébrée pour apporter des cadeaux aux enfants sages. Nous pouvons aisément supposer que « sage » signifie dans ce contexte « qui suit scrupuleusement les dogmes de l’Église ». Selon les régions, les mauvais enfants sont punis de diverses manières : en recevant un morceau de charbon, ou en devenant la victime d’un personnage terrifiant, le double diabolique du saint ami des enfants.

En France, nous sommes familiers avec la figure du Père Fouettard, ou Hans Trapp en Alsace. Un homme gigantesque à la barbe noire, qui donne d’impitoyables coups de martinet pour punir ceux qui n’ont pas été sages.

L’Autriche et la région bavaroise ont Krampus.

Brom_Krampus
Représentation de Krampus par l’illustrateur Brom.

Cette créature à l’aspect franchement démoniaque surgit la nuit du 5 Décembre, la veille du jour de la Saint-Nicolas, où les cadeaux sont distribués aux enfants méritants. Les mauvais enfants, eux, reçoivent leur punition en avance. Dans la nuit, Krampus les tire de leur sommeil et les enlèvent dans son sac pour les emmener dans son monde souterrain, non sans avoir copieusement fouetté ceux qui se seraient trop débattus avec sa branche de fagots. Certaines versions le représentent aussi avec des chaînes et des cloches. Ainsi, on l’entend arriver de loin…

Les origines du personnages sont assez difficiles à tracer. Comme le diable, il est possible que Krampus soit une réinterprétation maléfique du dieu cornu Cernunnos. Cependant, il serait plus logique de l’associer au bouc de Yule, ou Julbock, issu de la mythologie scandinave. Yule étant fortement associé à la période de Noël, il est plus probable que Krampus tire son origine de ce personnage. Son rôle, positif au début, a également dévié vers une fonction punitive ou malveillante avec l’apparition du christianisme, qui avait manifestement une dent contre les boucs.

julbok john bauer
Le Julbock distribuant des cadeaux, par John Bauer.

La dimension terrifiante de Krampus est largement exploitée. Dans les régions où sa légende est connue, une célébration est organisée chaque année en son honneur. Le 5 décembre, on célèbre la Krampusnacht, la nuit de Krampus, avec une grande parade. Cette parade, appelée Krampuslauf, est l’occasion pour les adultes de porter d’impressionnants déguisements du diable de Noël, accessoirement de se saouler, mais aussi et surtout de parcourir les rues en s’amusant à terrifier la foule et surtout les enfants[1].

La célébrité du personnage a été largement utilisée du XXe siècle à nos jours. Tout d’abord, nous pouvons mentionner les cartes de vœux, les Krampuskarten, très populaires en Autriche et en Allemagne. Vendues pendant la période des fêtes, elles représentent Krampus, le pelage noir et la langue rougeoyante bien pendue, en train d’enlever des enfants en larmes ou de les malmener en leur tirant les cheveux ou les oreilles. Ces images peu engageantes sont le plus souvent accompagnées du message teinté d’ironie « Gruss vom Krampus ! » ou « Meilleurs vœux de Krampus! »[2].

Devil_55
Un exemple de Krampuskarten, par un auteur anonyme.

Aux États-Unis, le personnage a gagné une certaine notoriété depuis l’arrivée d’Internet, sans doute grâce à la publication de vidéos du Krampuslauf diffusées sur YouTube. Depuis, cet évènement est célébré dans certaines villes des États-Unis. Des adaptations télévisuelles et cinématographiques de sa légende ont été réalisées, le plus souvent, avec assez peu de sérieux.

Même s’il a dû autrefois représenter un danger suffisamment puissant pour motiver les enfants à rester sages et obéissants, Krampus est aujourd’hui considéré comme un symbole contre-culturel venant briser les clichés de pureté immaculée que l’on associe aux fêtes de Noël. S’il est devenu impossible de le prendre au sérieux de nos jours, sa légende reste néanmoins attachante pour celles et ceux  qui souhaiteraient mettre du piment dans une célébration qui tend à perdre de sa magie.

 

 


Notes :

1. Vous pouvez voir la parade de Graz en 2010 en action dans cette video.

2. D’autres cartes sont visibles sur la galerie du site Krampus.com.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire