Exposition : Cats on the Page

 

Les chats… Ces petites créatures aux pattes de velours font partie intégrante de notre quotidien, et ce, presque depuis la nuit des temps. Taquines, mystérieuses, câlines, elles nous inspirent, nous amusent, nous intriguent, ou mettent nos nerfs à rude épreuve. Dans tous les cas, ces félins nous ont rarement laissés indifférents. L’exposition Cats on the Page met précisément en lumière l’omniprésence de ces animaux dans la littérature anglo-saxonne.

L’exposition est subdivisée en sept parties thématiques : The Purrfect Crime, Mewsic and Mayhem, In the Company of Cats, Traditional Tails, The Mystery of Cats, Comical Cats, et une partie entièrement consacrée à l’ouvrage Old Possum’s Book of Practical Cats de T.S. Eliot.

Note : En tant que traductrice, je vous laisse intentionnellement les jeux de mots anglais, avec une tentative de traduction et d’adaptation à côté. La langue de Molière se prête malheureusement à moins de fantaisie que celle de Shakespeare, mais qu’à cela ne tienne, il est toujours possible d’obtenir un résultat « churrrprenant ».

Cats on the Page est une exposition gratuite proposée par la British Library, et comme à son habitude, les photographies sont interdites. Toutefois, comme votre serviteur est aussi roublard qu’un vil matou de gouttière, voici quelques clichés volés de l’entrée, mais chuuut, soyez discrets… Le reste des installations se composait presque uniquement de livres sous vitrines et de quelques affiches d’époque, les photographier n’aurait eu que peu d’intérêt.

Je me permets donc de vous accompagner à travers chacune de ces sections, en espérant que la visite vous sera agréable. La totalité des livres et des écrits exposés ne sera pas traitée en détail dans cet article, le but n’étant pas de vous commenter chaque écriteau, mais plutôt de vous brosser un portrait général et nuancé de notre félin dans le domaine littéraire anglophone.

The Purrfect Crime (Le crime parrrfait)

Le chat et son côté malicieux a souvent été un acteur de choix dans les fictions. Qu’il soit, à l’occasion, génie du crime, chapardeur désabusé ou détective chevronné, ce félin mène la danse grâce à son intelligence et sa ruse. Toutefois, l’association du chat avec le genre policier ou le roman noir semble plutôt être un fait récent dans la littérature.

Le Chat, la Belette et le petit Lapin de Jean de La Fontaine

Une fable du très célèbre Jean de La Fontaine où le vieux chat ermite Grippeminaud cache plus d’un tour dans son sac pour faire un bon repas…

The Tale of Kitty-in-Boots de Beatrix Potter

Illustration de Quentin Blake
Étude du personnage par Beatrix Potter

Dernier manuscrit inachevé de la grande dame, découvert en 2015 et illustré à titre posthume par Quentin Blake (plus connu pour ces travaux sur Roal Dahl), The Tale of Kitty-in-Boots retrace la double vie de Miss Kitty, une gente dame aux pattes de velours le jour et aventurière chaussée d’incroyables bottes à ses heures perdues.

Mewsic and Mayhem (Miaousique et chaparderies)

Au fil des pages, le chat nous révèle ses talents multiples d’artiste. Il peut se faire écrivain, peintre, poète ou même musicien. Certains se sont même payé le luxe de publier des autobiographies qui présentent leurs relations avec l’être humain sous un tout nouveau jour. Bien sot serait l’individu qui maltraiterait son chat…

The Life and Opinions of the Tomcat Murr d’ E. T. A. Hoffman

Considéré comme le chef d’œuvre d’E. T. A. Hoffman, The Life and Opinions of the Tomcat Murr (Lebens-Ansichten des Katers Murr nebst fragmentarischer Biographie des Kapellmeisters Johannes Kreisler in zufälligen Makulaturblättern pour le titre original en allemand, Le Chat Murr en français) est un roman satirique inachevé à la structure pour le moins originale. En effet, ce titre est l’autobiographie de Tomcat Murr, chat autodidacte et écrivain de son état, dont les pages ont été malencontreusement mélangées à l’impression avec celles d’un ouvrage sur le compositeur Johannes Kreisler.

The Color Kittens de Margaret Wise Brown

Livre pour enfants extrêmement célèbre, où Hush et Brush, deux chatons, cherchent à créer la couleur verte. Malheureusement, la tâche se révèle bien plus ardue que prévue…

Ev’rybody Wants to Be a Cat, composé par Al Rinker, paroles de Floyd Huddleston.

Thème phare du film de Walt Disney, The Aristocats (Les Aristochats en français), ce titre est interprété par un jazz-band composé de chats de gouttière et surtout, met en évidence le lien implicite entre le chat et la musique.

In the Company of Cats (En compagnie féline)

Lorsqu’il n’est pas lui-même artiste, le chat en devient son assistant de prédilection. Nombre d’écrivains peuvent se targuer d’avoir un félin comme muse d’inspiration, compagnon d’infortune ou empêcheur de tourner en rond. Ce petit animal futé peut apporter la joie à son propriétaire et devenir son proche confident. Il fascine autant qu’il peut très vite se transformer en membre à part entière de la famille.

A kitten de Eleanor Farjeon

Quelques vers où la poétesse distille avec humour et finesse le comportement imprévisible de son compagnon à quatre pattes.

Orlando the Marmalade Cat de Kathleen Hale

Héros éponyme d’une série de 19 livres, Orlando a été inspiré par le véritable compagnon à fourrure de la dame, mais ses aventures tiennent plus d’une autobiographie projetée dans une fiction pour enfants.

Traditional Tails (Contes et coussinets)

Le chat fait son apparition très tôt dans l’imaginaire collectif. Que ce soit les contes folkloriques ou traditionnels, les fables, les comptines, les légendes, notre boule de poils a laissé sa trace ici et là. Ainsi, les jeux de mots et les expressions faisant allusion à ce félin sont loin d’être rares dans notre vie quotidienne.

Le chat botté de Charles Perrault

Roublard, mais défenseur des plus faibles, ce félin à bottes n’est plus à présenter.

La chatte blanche de Madame d’Aulnoy

Récit en prose, contemporain des contes de Charles Perrault, il relate la rencontre entre un princesse et une magnifique chatte blanche qui dissimule un secret de taille sous son épaisse pelisse.

The Mystery of Cats (Le mystère chafouin)

Depuis la nuit des temps, le chat est dépeint sous les traits d’une créature mystérieuse, énigmatique, insondable ; des qualités qui en font le familier favori des sorcières et autres êtres surnaturels. Les métamorphoses « chat-humain » sont également monnaie courante. Le lien entre les chats et l’autre monde peut être plus ou moins profond, mais dans les livres pour enfants, ces créatures incarnent le plus souvent de simples trouble-fêtes. Cette dimension quasi magique et secrète du chat a inspiré nombre d’écrivains à imaginer un monde félin à part, empli de mystères, régi par ses propres lois et ses conflits.

Que ce soit dans The Price, Coraline ou bien Sandman, Neil Gailman a su incarné dans cet animal qu’est le chat toute la dimension surnaturelle et étrange de ses récits.

Comical Cats (Drôles de matous)

Si le côté mystérieux du chat est bien ancré dans notre esprit, son côté comique n’est pas non plus en reste. Ce compagnon nous amuse depuis des générations, le plus souvent par son humour acerbe et quelque peu ironique dans des œuvres satiriques. Sa nature d’observateur éclairé en fait un critique de première heure sur les questions politiques et sociétales.

The owl and the pussycat d’Edward Lear (Sire Hibou et Dame Chat en français)

Poème absurde et ode à la tolérance écrit par la figure de proue du non-sens britannique, ce récit conte l’idylle improbable entre un hibou et un chat, deux êtres que tout devrait séparer.

The cat in the hat de Dr Seuss (Le Chat chapeauté en français)

Cette œuvre incontournable de Dr. Seuss est née du débat sur la littérature destinée à l’éducation des enfants aux États-Unis dans les année 1960, et de la frustration de l’auteur quant au choix des mots permis dans la création de livres de jeunesse.

Old Possum’s Book of Practical Cats de T. S. Eliot

Old Possum’s Book of Practical Cats est un recueil de poésies sur les chats, à l’origine destiné à amuser le cercle intime d’amis de l’auteur, puis finalement publié en tant qu’ouvrage pour le jeune public. Ce pilier de la littérature anglo-saxonne reflète l’affection que T. S. Eliot avait pour les chats, pour ces confrères écrivains, ainsi que pour le Londres de l’époque. Ce livre est à la base de la comédie musicale Cats d’Andrew Lloyd Webber, véritable succès à Broadway et dans le West End.

Cats on the Page est vraisemblablement une exposition destinée aux amoureux des chats et de la littérature, peu importe leur âge. Certains ouvrages parleront davantage aux plus âgés, comme d’autres aux plus jeunes. Personnellement, je n’ai pas grandi dans une culture anglo-saxonne et la plupart des titres présentés m’étaient totalement inconnus. Cependant, j’ai vraiment apprécié entendre des adultes et même des personnes âgées s’exclamer avoir eu lu tel ou tel bouquin et les présenter aux plus jeunes. Comme quoi, chats et littérature traversent le temps et les générations, sans vraiment prendre une ride.

 


Adresse : Hall d’entrée de la British Library, 96 Euston Rd, London NW1 2DB, UK.

Prix : Gratuit

Dates : jusqu’au dimanche 17 mai 2019.

Site : https://www.bl.uk/events/cats-on-the-page

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire