Le Dictame de Crète – L’inconnue au banc des sorciers

Le dictame de Crète est brièvement cité dans le dernier volet des Animaux fantastiques… mais qui parmi vous le connaît vraiment ? Elle est une plante, à mon avis, plutôt inconnue, alors qu’elle recèle une histoire fascinante tout comme un usage magique vraiment riche pour ceux et celles qui se penchent sur l’art divinatoire. Petite plante montagneuse dont on surveille aujourd’hui la récolte, elle a plus d’un tour dans son sac pour les sorciers ! Alors, installez-vous avec un thé pour lire ce bref article.

Quelques éléments botaniques et de santé

Illustration botanique par William Curtis.

L’origanum dictamnus est une plante de la grande famille des lamiacées, petite et vivace. Elle semble essentiellement cultivée en Crète, dans les endroits rocailleux ou montagneux. Séchée comme fraîche, elle donne l’impression d’avoir des feuilles toutes douces, recouvertes de petits poils. Ses feuilles sont petites et très odorantes, comme les autres origans d’ailleurs. Certains estiment qu’elle était une plante utilisée par les Grecs favorisant l’accouchement. Aujourd’hui, localement, cette plante est vue comme une panacée (Le Petit Larousse des plantes qui guérissent, p. 353). Si on a tendance a l’utiliser pour un peu tout, on l’utilise principalement pour deux choses : contre le rhume et pour aider les règles difficiles. On peut considérer qu’elle est à la fois une plante « tonique » et « féminine ». On peut tout de même rester sur sa faim lorsque l’on veut en savoir plus sur le dictame ! Les informations manquent souvent, et l’on ne sait plus détacher le folklore de la réalité.

Hélas, pour une intéressée de la botanique comme moi, il m’en a coûté d’apprendre que la plante ne se trouvait pas vraiment en France si ce n’est séchée. Comme le rappelle l’article Wikipédia sur celle-ci, elle ne produit que peu de graines et on maintient sa culture par bouturage, afin de multiplier les spécimens. Son usage était probablement plus étendu dans l’Antiquité, d’après le même article.

On l’a même exportée en Égypte, pour ses vertus médicinales, antiseptiques en usage externe : « La littérature médicale antique prescrit le dictame en infusion pour les maux d’estomac, les problèmes intestinaux, les grossesses à risque et les menstruations douloureuses. » Dans De Villis, Charlemagne incorpore le dictame au jardin idéal des domaines royaux. Le site du Prestige Crétois lui prête même des vertus aphrodisiaques, ainsi que des qualités pour soigner les problèmes de peau.

Usage divinatoire et magique

Dictame de Crète – Wikipédia.

Le blog La magie dans l’air indique sur le dictame que c’est une plante féminine, liée à la planète Vénus et à l’élément eau. Effectivement, lorsque nous tenons du dictame séché, je trouve qu’avec ses feuilles blanches et duveteuses il évoque un monde essentiellement féminin. C’est une plante très douce que je relierais par exemple à la sauge blanche ou à l’armoise, intuitivement. S’il est utilisé en divination, pour connaître le futur, il l’est d’abord très pragmatiquement dans le cadre des grossesses.

Ce que je retire surtout des quelques allusions au dictame dans les ouvrages de botanique magique que je possède, c’est que c’est une plante propice au travail avec les morts, mais pas seulement. En effet, elle aide plus généralement à prendre contact avec les « mentors », qu’ils soient pour nous des divinités ou des défunts. Véritable plante de l’entre-deux, elle aide à avancer entre les mondes pour obtenir des réponses… ou ouvrir des portes.

Ainsi, on dit du dictame qu’il a pu servir à honorer Perséphone et ses clefs des enfers. La clef fait alors probablement office de symbole pour les arcanes de l’esprit, les voies non empruntées. En parlant d’arcanes, nous y voilà ! Paul Beyerl dans son merveilleux ouvrage The Master Book of Herbalism estime que le dictame aide à comprendre les « dix » dans le tarot, pour dépasser le sens parfois négatif qu’ils ont pour nous, et voir au-delà de ce qu’ils proposent. Encore une fois, cette plante permettrait de voir ce qui nous est dissimulé.

Quand nous consultons quelques sorts proposés par l’incroyable The Encyclopedia of 5000 spells, nous notons que le dictame entre dans une des recettes d’encens pour le voyage astral : on préconise de mélanger du benjoin, du dictame, du bois de santal et de la vanille en gousse. Aussi, ce livre propose de le faire entrer dans la composition d’un encens pour appeler les défunts et traiter avec eux : quelques fleurs d’amarante séchées, du dictame et de l’armoise. Le livre rappelle la croyance qui excite les esprits curieux : on dit de la fumée de dictame qu’elle fait apparaître les morts. Alors, surveillez-bien votre encens la prochaine fois que vous le brûlez !

 

 


Bibliographie :

Beyerl, Paul, The Master Book of Herbalism, Blaine, Phoenix Publishing Inc., 1984.

Illes, Judika, The Element Encyclopedia of 5000 spells, Londres, Harper Element, 2004.

Le Petit Larousse des plantes qui guérissent, Paris, Larousse, 2016.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire