The Dark Crystal : poupées et quête magique

The Dark Crystal est à l’origine un film d’animation fantasy réalisé par Jim Henson et Frank Oz en 1982. Ce film, qui a eu un succès mitigé, possède désormais une préquelle sous forme de série sortie cet été : The Dark Crystal: Age of Resistance, co-produite par Netflix et Jim Henson lui-même, et réalisée par Louis Leterrier. Créatures en tous genres et univers magique, The Dark Crystal emmène les grands enfants que nous sommes dans un voyage épique, une quête de vérité et fable écologique.

Thra est un monde paisible, gouverné par la magie bienveillante du cristal, protégé par les Skeksès, créatures perçues comme immortelles et bienfaisantes. Le peuple de Thra, composé des Gelflings (eux-mêmes répartis en plusieurs tribus), Podlings, et autres espèces, est assujetti aux Skeksès, persuadé du bien-fondé de leur pouvoir. Ce dont il ne se doute pas, c’est que les Skeksès sont des oiseaux de mauvais augure : ils tirent leurs pouvoirs et leur immortalité du cristal, qui, sous leurs assauts continus, finit par se briser, laissant l’obscurité envahir le cœur de Thra. Rian, jeune soldat de la garde des Skeksès, entraperçoit la vérité et finit par fuir, rencontrant sur son chemin Deet, une jeune Gelfling dont le peuple vit sous terre, Brea, une princesse curieuse et intelligente, Aughra, la prophétesse de Thra disparue pendant de longues années, ou encore Hup, un Podling fort attachant.

© Kevin Baker / Netflix

The Dark Crystal est une série époustouflante. L’animation des poupées est fluide et ne gêne en rien l’identification du spectateur. Leur rendu est saisissant de détails, mention spéciale aux Skeksès, aussi effrayants qu’incroyables. Ces poupées-oiseaux feraient faire des cauchemars aux plus petits ! Les Gelflings sont d’adorables elfes aux couleurs de peau différentes qu’on prend tout de suite d’affection ; sans compter les Podlings, petites créatures à la bouille ronde pleines d’entrain et malicieuses.

Les décors sont magnifiques : les jeux de couleurs dans les tons mauves et bleus donnent un aspect magique et ravissent les yeux. Parlons de la poésie de l’arbre-sanctuaire sous lequel vit le peuple de Deet, de la bibliothèque du palais de Brea, de la demeure faite de bric et de broc de SkekGra tout en haut d’une colonne de pierre dans le désert ; et l’envoûtant mais effrayant décor du château des Skeksès : tordu et noir, aux couloirs tortueux et aux pièces sombres, dont la plus inquiétante est celle de SkekTek, le savant, pleine d’objets de torture, de potions diverses et de pauvres créatures en cage.

© Kevin Baker / Netflix

Au-delà des poupées et des décors, le propos est tout aussi intéressant : l’obscurcissement du cristal amène la faune et la flore de Thra à des comportements étranges, dangereux. La planète se meure, et pourtant, les Skeksès usent et abusent de son cœur. Métaphore d’un capitalisme dévorant et illimité, la soif de pouvoir des Skeksès les amènent à devoir sacrifier les Gelflings, dont l’essence est liée au cristal, pour garder la mainmise sur le joyau et les peuples de Thra. Même leur réelle nature exposée à tous ne les arrête pas, et de ce fait, ils déclarent la guerre. La guerre contre la nature et ses habitants, tout plutôt que renoncer à leur ambition insatiable.

Fable écologique, The Dark Cristal nous invite à réfléchir sur notre société et notre manière de vivre. Vivons-nous en harmonie avec la nature ? Ou sommes-nous en plein dans une guerre perpétuelle contre celle-ci ? La question est presque rhétorique, mais se voir comparé à un Skeksès peut faire office d’électrochoc !

© Kevin Baker / Netflix

Voyage épique aussi, qui n’a rien à envier aux grandes sagas de fantasy, la série fait la part belle aux héros de tout poil, qui ne sont ni guerriers chevronnés ni magiciennes belles et inaccessibles. Ces héros ont les qualités du cœur : courage et tolérance, et sont mus par un désir de vérité et de justice. Autant de raisons qui font de leur fuite – qui se transformera en voyage – un acte courageux et loyal… envers Thra.

Le savoir a une place prépondérante : l’objet livre, représenté par le carnet de notes de Brea, est présent tout au long de la série, et reflète une connaissance pratiquement disparue, rendue inaccessible par les Skeksès et les dirigeants des peuples gelflings, obéissant aux affreux oiseaux. Ce savoir s’ouvre au fur et à mesure des épisodes aux esprits des Gelflings grâce à Aughra, la prophétesse qui se réveille après un long sommeil parmi les étoiles, grâce à la créature de pierre qu’anime Brea, et enfin, grâce à SkekGra, le Skeksès hérétique, et urGoh, une étrange créature chevelue, qui leur révèlent entre autres la vraie nature des Skeksès…

© Kevin Baker / Netflix

Plus qu’une série d’animation aux effets spéciaux superbes, The Dark Crystal délivre un scénario profond et une foule de réflexions écologiques, politiques, et sociétales. À voir absolument !

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire