Contes de fées, l’exposition

@Saint-Quentin tourisme

Deuxième petit article que je vous écris avec plaisir sur le thème des contes ! Mais cette fois-ci, notre regard se tourne vers des artistes contemporains français. De retour dans ma ville natale, je ne pouvais manquer cette modeste exposition nommée tout simplement « Contes de fées« , ouverte pour la saison hivernale à Saint-Quentin (02).

Si l’exposition ne s’étale que dans une très vaste pièce, la galerie Saint-Jacques, elle, vaut le coup d’œil si jamais vous passez par là ! En plusieurs modules, nous revenons avec mélancolie dans notre petite enfance, en passant de contes en contes : Poucette, la Belle & la Bête, le Petit Chaperon Rouge, et bien d’autres…

Sylvie Facon, robe exposée @cliché pris par l’auteur.

J’ai fortement apprécié la diversité des supports et des créations ! Dès l’entrée, les robes de Sylvie Facon m’ont transportée en enfance. Plusieurs de ses créations sont visibles et nous permettent de découvrir une artiste d’Arras à la grande créativité : jetez-y un œil ! j’avoue mon grand coup de cœur pour la « Robe Livre »….

Styliste, modéliste et peintre, Sylvie présente une collection de robes raffinées et épatantes. Les robes choisies pour l’exposition sont bien entendu en rapport avec le thème des contes de fées, vous y trouverez  des robes enchanteresses, aux détails soignés et surprenants : princesses des temps anciens et modernes, originales, voire un peu folles, je suis étonnée de la diversité qui parait dans les réalisations de Sylvie. Si certaines se veulent peut-être classiques, d’autres réinventent la « princesse » dans un style modernisé, repensé. Artiste polyvalente, Sylvie suit chacune des étapes de création, du croquis au dernier point. Sur son site, nous pouvons ravir nos yeux avec des robes de soirée, de cocktails, des corsets, bustiers, des robes noires, de mariées, d’époque, mais également du prêt-à-porter. Bref, je vous invite donc à jeter un petit œil ici !

@Sylvie Facon, robe « Arras »

 

Poucette @Sophie Lebot, cliché pris par l’auteur à l’exposition.

Une autre artiste ayant attiré mon attention est Sophie Lebot. Installée dans l’Oise, cette illustratrice s’est attachée à animer classiques et nouveautés comme Raiponce, Poucette, mais aussi Miss Frizz ou encore la Princesse de l’Aube.

Elle a l’honneur d’apparaitre sur l’affiche de l’exposition et d’ouvrir celle-ci dès les premiers pas faits dans la galerie Saint-Jacques. Ses illustrations sont d’une grande fraîcheur et d’une incroyable légèreté. Les couleurs ravissent les yeux des petits comme des grands, et j’ai pris grand plaisir à redécouvrir l’histoire de Poucette qui avait pris la poussière dans un coin de ma tête.

Poucette @Sophie Lebot, éditions Le Père-Castor

 

@Karine Diot, 2014

Arrivée à mi-parcours, quelle ne fût pas ma surprise de découvrir les impressionnantes sculptures livresques de Karine Diot ! Karine est à l’origine de créations rares, et d’une pratique encore peu connue : la sculpture de livres. D’une manière excessivement délicate et précise, elle recréé des ambiances féériques en papier. À l’exposition, il est donné à voir une scène d’Alice aux Pays des Merveilles, la Petite Fille aux Alumettes, ou encore un château, réalisés uniquement en papier. La petitesse des éléments, la fragilité de l’ensemble sont à couper le souffle. Pour citer sa biographie : « Karine choisit des volumes anciens et chinés dont les pages serviront de support, de matière et de « monde » à sa sculpture, sans aucune feuille rapportée, sans peinture, ni feutre… » ce qui rend ses œuvres encore plus incroyables !

@Karine Diot, 2013

Cette petite exposition aura eu le mérite de m’avoir enchantée et de m’avoir fait redécouvrir des contes qui me sont chers. C’est avec grand plaisir que j’y retourne bientôt ! Si je n’ai présenté que 3 artistes pour attiser votre curiosité, l’exposition en compte quand même une vingtaine, créateurs comme prêteurs. Elle reste donc dense en images et en détails. À l’occasion, plusieurs événements comme les « samedis créatifs » ou les « fest’ateliers » ont lieu régulièrement pour ceux qui n’ont pas peur de mettre la main au papier !

 

 

 


Infos pratiques :

* Du 21 décembre 2019 au 22 mars 2020
* Galerie Saint-Jacques, 14 rue de la Sellerie – 02 100 Saint-Quentin
* Du mardi au dimanche de 14h à 18h
* Et le mercredi et samedi de 10h30 à 12h30, et de 14h à 18h
* Fermeture les lundis et jours fériés
* Tarifs 1/2€ selon les conditions

2 Commentaires

  1. Merci de cette présentation d’une expo qui mérite certainement une visite. Pour les amateurs de contes de fées, je saisis l’occasion de recommander un livre passionnant de Bruno Bettelheim : « Psychanalyse des contes de fées » dans lequel il montre comment ces textes transmis de génération en génération répondent de façon précise aux angoisses du jeune enfant.

Laisser un commentaire