Mary Shelley (2018) – Réflexions autour du film

Mary Shelley est un film réalisé par Haifaa Al-Mansour. Sorti en août 2018, il retrace le parcours de Mary allant de ses rencontres littéraires en passant par ses déboires amoureux jusqu’à « l’accouchement » de son roman bien connu, Frankenstein ou le Prométhée moderne  (1818). Je propose un retour fait d’analyses diverses.

affiche mary shelley
Copyright Pyramide Distribution, Stars Tom Sturridge, Film Mary Shelley.

Mary semble s’ennuyer dans une vie monotone, aidant à la librairie de son père, le très réputé William Godwin. Son passe-temps favori ? Se réfugier dans la lecture, à la lumière du soleil baignant le cimetière du village. « Aimer lire, c’est tout avoir à sa portée. » On est d’ailleurs très vite happés par le décor à la fois romantique et gothique de l’ambiance qui se dégage du film.

Mary est interprétée par l’actrice Elle Fanning, que j’ai pu découvrir pour la première fois dans le rôle de Jessie dans The Neon Demon (2016). Sa jeunesse et son physique font bien écho à l’image que le réalisateur semble vouloir donner d’une jeune fille idéaliste qui ne veut plus se contenter d’être une lectrice passive. En effet, Mary aussi aspire à écrire. Et c’est aussi ce qu’elle fait lorsqu’elle part s’évader dans le cimetière.

Mis à part la thématique littéraire, on peut relever le côté militant de Mary qui est déterminée à lutter pour le droit des femmes. Surtout au cœur de la société britannique du XVIIIe siècle, qui semble mettre en avant l’image d’une femme d’intérieur passant son temps à se préparer pour les bals de la prochaine saison, tout en espérant rencontrer son promis… Le personnage de Mary change la donne, et son père l’encourage à sa manière lorsqu’il commente ses premiers écrits : « find your own voice ».

De façon parallèle à son périple littéraire, Mary rencontrera Percy Shelley, interprété par Douglas Booth. Ces deux personnages vont entretenir une relation tumultueuse – car en dehors mariage conventionnel selon les normes sociétales de l’époque –, cela était inadmissible.

C’est en rencontrant l’amour que Mary se confrontera à plusieurs états émotionnels et ceci exacerbera sa propre sensibilité artistique. Et l’on ne peut pas parler d’amour interdit sans parler de liberté. Percy apprend à Mary que si elle ne s’engage pas avec lui, elle manquerait une grande opportunité car « une vie sans amour, ne vaut pas la peine d’être vécue. » 

Ton erreur, c’est d’attendre une occasion. Les gens devraient aimer et vivre comme ils l’entendent.

Copyright © 2018 PROKINO Filmverleih GmbH, Stars Douglas Booth, Film Mary Shelley

Mais une passion basée sur une liberté absolue qui fait fi des normes, des mœurs et de la société, peut-elle vraiment perdurer dans le temps ? Après les premières années d’émoi, d’où puisera-t-elle sa légitimité?

Au fil de leur histoire, qui n’a d’idylle que le nom, Mary sera dévastée, blessée et aussi transportée. Pour plusieurs raisons que je ne développerai pas ici. Tout au long du film, son évolution psychologique et ses différents états émotionnels vont se trouver imbriqués et impliqués dans le processus créatif de son œuvre. En effet, elle met au monde sur papier Frankenstein, au même titre que toutes ses peurs, ses fantasmes, sa vision de la vie, allant du rôle de mère à la question de la mort.

Frankenstein, c’est cette créature qui se compose de morceaux de chair humaine mais qui ne tient à la vie que par quelques miraculeuses décharges électriques. Il fait donc écho au processus de création qui, au même moment qu’il « donne naissance », fait état de mort de ce qu’on a voulu transmettre et partager. On peut aussi penser le mythe de Frankenstein comme une réflexion sur la société dite « moderne » qui célèbre la science comme moteur pour améliorer, prolonger et découvrir plus amplement, la condition humaine. (c.f. Galvanism process). À défaut d’être à l’origine de la création, l’Homme se veut un être un perpétuel artisan du vivant…

Copyright Pyramide Distribution, Stars Tom Sturridge

Frankenstein peut être compris en somme comme une métaphore des lambeaux d’humanité qui subsistent grâce à la magie de l’amour. Mais comme l’énonce Mary, on ne peut aimer sans assumer ses choix et la responsabilité qui incombent à l’amour :

Les idéaux et l’amour nous donnent du courage mais ils ne nous préparent pas aux sacrifices nécessaires à toute histoire d’amour. (…) Il vient un temps où l’on doit se séparer des choses qu’on aime.

Copyright Pyramide Distribution, Stars Tom Sturridge, Film Mary Shelley

Mary rencontra au cours de son aventure littéraire d’autres écrivains passionnés dont Lord Byron et Polidori, respectivement interprétés par les acteurs Tom Sturridge et Ben Hardy. Ce sera des discussions plus ou moins enflammées autour de la poésie dans le manoir de Lord Byron arrosées de rouge qui alimenteront les pensées de Mary. La poésie peut-elle permettre de réformer la société ? Peut-on comprendre la littérature comme réceptacle des passions, peurs et fantasmes des individus composant une société ?

Du tableau de Henry Fuseli, Le Cauchemar (1781) en passant par la nouvelle Le Vampire (1819) de Polidori, elle s’imprégnera de toute une atmosphère qui lui servira d’inspiration fantastique.  Elle considèrera d’ailleurs un bon livre comme :

Toute œuvre importante qui glace le sang et qui accélère les battements de votre cœur.

Le Cauchemar (1781), Henri Fuseli.

Suite à un concours de circonstances et de choix délibérés, Mary et Polidori se verront confrontés à un problème de plagiat au vu de la publication de leurs écrits respectifs par Percy et Lord Byron. Comme l’énonce Polidori :

Les vampires ? Ce sont ceux qui exploitent la vulnérabilité des autres.

Un bel exemple de vampirisme social qui fait que l’on voudrait s’accaparer des richesses des autres et de ce qu’ils ont. Par jalousie, par manque, par désir ou bien par incapacité de pouvoir produire de même ou mieux ? C’est d’ailleurs le cas, à mon sens, d’un éditeur qui refusera de publier le texte initial de Mary à son nom, parce que c’était une femme. Évidemment, pour une femme, écrire, publier et parler de monstruosités, voire de la mort, c’est peu vendeur… Le public se fiche de la vérité, il faut qu’une femme réponde à des attentes, comme souvent, des récits uniformisés et parfumés à l’eau de rose, s’il-vous-plaît. Mary a, encore une fois, une réplique juste :

Remettez-vous en cause la capacité d’une femme à écrire, à expérimenter la perte, la mort et la trahison ? Voilà ce dont il s’agit. Vous le sauriez si vous aviez jugé l’œuvre plutôt que ma personne. Simplement parce que je suis une femme ? Je suis en âge d’enfanter, et aussi en âge d’écrire.

Après un long chemin semé d’embuches, Mary verra finalement son œuvre publiée.

Quant à son histoire avec Percy, elle y mettra fin pour son propre bien.

– Nous pourrions livrer un message d’espoir et d’amour ? (Percy)

– Quel message ? Regarde autour de nous, regarde le bazar que nous avons fait, regarde ce que je suis devenue ! (Mary)

– Ne laissons pas les monstres que nous avons créés nous dévorer. (Percy)

Pour ensuite,  le retrouver, dans des circonstances plus favorables.

Si je n’avais pas vécu le désespoir, je n’aurais pas appris à y faire face, mes choix ont fait de moi ce que je suis et je ne regrette rien.

Pour clore cet article, je dirais que ce film est une immersion agréable tantôt sombre, tantôt romancée qui nous plonge au cœur des questions qui tournent autour des passions et dévorations humaines. Le tout est enrobé de belles musiques et d’une ambiance #SoBritish qui ne me donne qu’une envie : aller me servir un bon thé à l’anglaise !

Quand on a que l’amour

La Saint-Valentin est une fête commerciale. Les couples se font des cadeaux, certains vont chez le fleuriste ou le bijoutier, d’autres dans une agence de voyages. Il y a les amoureux qui cherchent l’originalité, et ceux, qui comme Zazie « envoient tout valser », parce que « les bijoux dans le cou c’est beau, mais ce ne sont que des cailloux »,  et que c’est mieux de s’aimer « sans dépenser des sous »… (Ce n’est pas moi qui le dis mais la chanson !)

Petits cadeaux entre amis

Dans de nombreux pays, les tourtereaux choisissent ou non de célébrer ce jour. Le Japon, lui, fait de la résistance, mais cette coutume ne s’adresse pas qu’aux amants : les femmes ont l’obligation d’offrir des chocolats aux hommes avec qui elles entretiennent des relations professionnelles, amicales ou familiales. Ces chocolats sont appelés « Giri Choco ». En retour, le White Day (le 14 mars), les Nippons célèbrent la femme en leur offrant des sucreries, des gâteaux ou encore du linge blanc.

Aux États-Unis, on échange toujours des cartes, mais ce troc ne se fait pas selon la conception européenne selon laquelle la carte de la Saint-Valentin est envoyée à une personne dite « unique ». Même les petits américains en envoient à leur maîtresse d’école !

Les messagers

En France, il est plus rare de recevoir des billets doux. Pourtant, depuis les années 1950, un illustrateur tient une place importante dans le patrimoine français de l’imagerie populaire, et les amoureux de Raymond Peynet assureront à leur auteur une célébrité mondiale.

kiosque-de-peynet-valence-dessin-carte-postale-timbre

Sachez qu’aujourd’hui c’est un milliard de cartes de vœux qui sont envoyées à travers le monde, le jour de la Saint-Valentin. Alors non, écrire des mots doux à l’ère du numérique n’est pas ringard, votre Valentin(e) pourra même trouver cela audacieux !

En Europe, ce n’est que depuis le XXe siècle que ce jour de fête est destiné aux amoureux. Au XVe siècle, la Saint-Valentin était davantage célébrée en Angleterre qu’en France.

image-ancienne-st-valentin23-bigoudi-blog

Traditionnellement, les jeunes gens transmettaient à leur Valentine des cartes poétiques qui pouvaient paraître mystérieuses, car elles étaient la plupart du temps anonymes. Les petits coquins ! Les premières missives de ce 14 février étaient réalisées à la main.

Jeux, rencontres et superstitions

Mieux qu’une agence matrimoniale, au XIVe siècle, l’aristocratie anglaise avait l’habitude de former un couple, au hasard d’un jeu appelé le « Valentinage ». Charles d’Orléans a écrit des poèmes sur la fête de la Saint-Valentin, où il évoquait ce jeu de « cour d’amour ». Pendant le repas, il était coutume de désigner par tirage au sort un cavalier pour chaque dame. Il devait alors la servir pendant une année. Une pratique qui devait plaire aux ladies !

Ce moment était important, car la Saint-Valentin était réputée pour être le jour où l’on pouvait rencontrer sa ou son futur(e) époux (se). Une vieille croyance disait que si l’on se levait avec le soleil le 14 février et que l’on ornait sa coiffe de crocus jaunes, le premier homme qui passait votre porte serait l’homme dont vous porterez le nom. Faites attention à ne pas ne faire rentrer votre père les filles, sinon il vous faudra recommencer l’année suivante !

Et pour découvrir le visage de votre son amoureux, il vous suffit d’épingler cinq feuilles de laurier aux quatre coins de votre oreiller, et la dernière au milieu. Il ne me reste plus qu’à vous souhaiter de faire de beaux rêves !

Saint-Valentin et le printemps

Cette fête annonce le printemps, et les oiseaux sont très présents dans la représentation de ce jour festif. La colombe, oiseau sacré dans la mythologie romaine, a également une signification forte dans la religion catholique : elle symbolise la fidélité.

f237eda24a864dedfdfb18d110a50b98
Source : Pinterest

Les calendriers anciens marquaient d’un symbole les jours. Ainsi le 14 février était représenté par un soleil ou un gaufrier dans la main de Saint-Valentin. Le gaufrier annonçait le Carnaval et ses réjouissances.

Dans les calendriers bâtons utilisés au XVIIe siècle, la Saint-Valentin était indiquée par un nœud d’amour.

0ac7d317ccdfaadeae88f52eb50f2ad6
Source : Bnf

Saint Valentin et Cupidon

Cupidon est dans la mythologie romaine le dieu de l’amour. Fils de Vénus, la déesse de la beauté, il était représenté par un jeune homme avec un arc et des flèches. Au fil des siècles, les catholiques ont transformé l’amant de Psyché en un chérubin de l’amour sous la forme d’un bébé joufflu aux allures d’ange.

il_570xN.1183917947_lyey
Source : Etsy

Saint-Valentin, prêtre faiseur de miracles et l’empereur

N’étant pas d’accord sur son origine, les historiens se battent pour la tête de Valentin.

Sous le règne de Claude II le cruel, un prêtre de Terni célébrait des mariages dans la clandestinité. L’empereur, qui avait décidé d’empêcher les soldats de se marier, découvrit l’affaire et ne voyait pas d’un bon œil la réputation de ce prêtre, qui préférait prier un dieu unique plutôt que d’idolâtrer les dieux romains. Furieux, Claude II le conduit immédiatement vers le juge Asterius pour le faire condamner. Mais rien ne se passa comme prévu. Le religieux guérit miraculeusement la fille adoptive du juge, qui était aveugle. Ainsi, ce dernier se laissa déstabiliser dans ses convictions religieuses, et fit baptiser toute sa famille.

claude-le-cruel

Craignant la sédition dans Rome, l’empereur fit torturer et mettre à mort tous ceux qui avaient été convertis. Beaucoup de jeunes gens venaient visiter le prêtre Valentin jeté en prison. La légende raconte qu’il écrivit une lettre à la fille du gardien qu’il signa  « Avec l’amour de votre Valentin » avant d’être décapité le 14 février 268 sur la voie Flaminienne. Quelques années plus tard, en 273, l’évêque martyr Valentin perdit lui aussi la tête, sur l’ordre de Placide. Il y eut donc deux Saint-Valentin sous le règne de cet empereur tyrannique.

Un nouveau Saint-Valentin martyr romain fut également découvert en Belgique. Ses reliques sont conservées à Hamay et Armentières. Les Espagnoles fêtent aussi un Saint-Valentin martyr. Mais avec toutes ces têtes, on ne sait plus à quel saint se vouer !

St-Valentine-Kneeling-In-Supplication
Saint Valentin s’agenouillant devant la Vierge, par David Teniers III.

50 nuances aux lupercales

Pour rester dans la légende, on dit aussi souvent que la Saint-Valentin a été créée pour remplacer une ancienne fête païenne qui était en vogue chez les Romains : les « Lupercales », en hommage à Lupercus, le dieu de la fécondité. Cette fête «orgiaque» avait pour mission de favoriser la reproduction, la création de nouveaux couples et parfois même de légitimer des couples plus ou moins clandestins.

Un prêtre sacrificateur tailladait le front des jeunes hommes pour que le sang versé soit mélangé à du lait. Ensuite, ces jeunes hommes couraient quasi nus dans toute la ville de Rome en fouettant au passage les femmes qui voulaient avoir un enfant, à l’aide des lanières de peau de bouc pour les rendre fécondes.

Au cours de ces Lupercales, les noms des jeunes femmes étaient tirés au sort par des hommes, et la suite des évènements n’était qu’immoralité sexuelle. Un peu sado-maso ces Romains !

Camasei-lupercales-prado.jpg
Fiestas Lupercales, Andrea Camassei.

 

Pour conclure, voyez-vous, une bonne Saint-Valentin se termine toujours dans un lit. Un 14 février romantique, c’est bien aussi. Alors n’oublions pas de nous dire des mots bleus.

Bonne Saint-Valentin !

 


Références :

http://www.kutchuk.com/

https://bricolage-debrouille-tutos.blogspot.fr

http://www.ideemiam.com

http://www.teteamodeler.com

http://fr.wikipedia.org/wiki/Saint-Valentin

http://uhem-mesut.com/medu/fr0012.php

http://onpartageenfrancais.blogspot.fr

www.beekoz.fr

 

Missives victoriennes : la tradition des cartes postales de la Saint-Valentin

Victorian-Roses-Valentine-GraphicsFairy
(c) The Graphic Fairies

À l’heure où le numérique domine et fait partie intégrante de notre quotidien, certains peuvent se demander où réside encore l’intérêt d’envoyer du courrier physique alors que la version dématérialisée est bien plus rapide et moins coûteuse. Peu importe l’occasion ou la période de l’année, le commun des mortels opte le plus souvent pour un courrier électronique et n’a plus l’habitude de coucher quelques lignes sur du papier, une mode un peu trop désuète pour nos contemporains, peut-être ? Je profite de l’arrivée tant attendue (ou non) de la Saint-Valentin – je ne débattrai pas de la signification sûrement propre à chacun de cette fête, là n’est pas la question – pour faire un bon dans le passé et me penche, avec un léger amusement, sur la manière dont nos ancêtres au Royaume-Uni se courtisaient à l’époque, au travers de missives tantôt délicates, tantôt enflammées, des fois quelques peu cocasses, mais toujours rédigées avec un certain soin et une certaine volonté de se démarquer de l’autre auprès de l’élu(e) de son cœur.

hqdefault
(c) Late Victorian Valentine, private collection

L’envoi de billets doux à son aimé(e) à la date du 14 février remonte à plusieurs siècles, mais les concerné(e)s rédigeaient surtout des lettres, des poèmes de composition personnelle, rien de bien graphique ni de généralisé en soi. En outre-Manche, le coût du papier est assez élevé et il faudra attendre le début des années 1800 pour que ce produit, considéré « de luxe » et destiné à une certaine élite, soit enfin accessible au plus grand nombre. La démocratisation de son prix mène à la production de papier bon marché, et l’avènement de nouvelles techniques d’impression lors de l’ère industrielle permettent de concert le développement de l’industrie des cartes de la Saint-Valentin.

En 1837, le service postal anglais subit une grande réforme grâce à Rowand Hill, un fonctionnaire de la Poste, auteur de la publication « Post Office Reform; Its Importance and Practicability ». Les historiens le considèrent également comme le père du timbre-poste, et l’inventeur du système postal moderne tel que nous le connaissons de nos jours. Auparavant, le coût d’envoi d’un courrier se calculait au nombre de pages envoyées et non au poids. De plus, le destinataire devait payer les charges et non l’expéditeur. Il est donc facile de comprendre que l’utilisation du système postal était plutôt réservée à une classe nantie. Avec la démocratisation des prix et le port payé par l’expéditeur, l’envoi de courrier s’ouvre aux autres franges de la population et surtout à la classe populaire.

En 1840, la mise en place du Penny Post, un système postal uniformisé chargé de faire parvenir un courrier pour la modique somme d’un penny, reste l’élément déclencheur de cette ferveur de la carte de la Saint-Valentin.

Les archives témoignent de plus de 60 000 cartes envoyées en 1836, avant même l’instauration du Penny Post. Avec l’arrivée de ce nouveau système, la poste a dû recommander à ces utilisateurs d’expédier leurs missives au plus tard le 13 février au matin, afin de ne pas saturer le service de courrier et de colis.

Les cartes envoyées à l’époque peuvent se classer en deux grandes catégories : les cartes personnalisées et les cartes industrielles bon marché. Une classe un peu à part existe également, celle répondant au doux nom de vinegar valentines.

Les cartes personnalisées :

b7511993-c8ab-426c-980a-297a88ed011b-719x1020
(c) The Laura Seddon Collection, 1870

Ces cartes étaient généralement assemblées à la main et comportaient différents éléments, notamment du papier embossé, des rubans, des nœuds, de la dentelle, des lithographies, des graines, des morceaux de miroir, des bouts de coquillage, des fleurs en soie, des plantes séchées, tout ce qui était susceptible d’être trouvé dans une papeterie de l’époque. Elles étaient généralement très recherchées et ont posé les fondements de l’iconographie si typique de la Saint-Valentin par la présence récurrente de cœurs, de petits cupidons, de rubans, le tout accompagné d’un mot, d’une phrase unique ou de quelques vers. Elles pouvaient également contenir des éléments religieux en cas de demande en mariage.

e9d6e251-062f-4819-af9b-0445168e0218-978x1020
(c) The Laura Seddon Collection, 1850

Ces cartes étaient parfois l’œuvre de quelques particuliers, mais pouvaient également être sujettes à un tirage limité produit par des maisons de renommée comme Dobbs ou le parfumeur Eugène Rimmel (père de la marque actuelle de cosmétiques Rimmel London) et donc, s’acheter à prix coûtant. Comme le dit le vieil adage « Qui aime ne compte pas », certains prétendants étaient capables de dépenser l’équivalent d’un mois entier de salaire pour offrir à leur bien-aimée une carte témoignant de leur amour le plus fervent.

13a8f2e5d2c88dfa0a9320a2b544b875
(c) Minnesota Historical Society, 1890-1900

Une note amusante, certaines cartes faites main pouvaient être pliées d’une certaine manière pour contenir un autre message caché, mais la tradition voulait que la carte se suffise à elle-même, et aucune note manuscrite ne lui était ajoutée. Ainsi, l’illustration de la carte à l’aide du langage des fleurs était très souvent de mise pour transmettre les sentiments de l’expéditeur.

Les cartes industrielles :

2009BX1999_jpg_l
(c) V&A Collections, 1860

Ces cartes étaient généralement produites en masse et imprimées sur du papier bon marché plutôt fin. Les couleurs étaient soit ajoutées à la main à l’aide de pochoirs, soit par le biais d’une méthode de lithographie ou de gravure sur bois. Elles présentaient la même iconographie que les cartes assemblées à la main, mais étaient évidemment bien moins élaborées. Elles constituaient le plus gros des cartes expédiées grâce au Penny Post lors du jour fatidique des amoureux.

b4153fb3-4196-4ea0-bb8c-43f50ffa2662-1670x2040
(c) The Laura Seddon Collection, 1828

Si une partie de l’opinion publique actuelle tend à dénoncer l’aspect mercantile de la fête de l’amour, les victoriens étaient les premiers à embrasser cette coutume d’envoi en masse de cartes pour célébrer la Saint-Valentin, pour la simple raison qu’elle était enfin devenue accessible aux classes populaires et ne se retrouvait plus cantonnée aux hautes sphères de la société. Débattre de sociologie et de surconsommation n’est pas le but de cet article, mais imaginez-vous un peu que l’amour ne soit que réservé à une certaine élite ? Le point de vue de nos ancêtres était dès lors bien différent du nôtre. Ensuite, l’avènement de cette production a également donné naissance à une catégorie de cartes quelque peu plus légères, pour ne pas dire carrément vulgaires, que sont les vinegar valentines.

Vinegar valentines :

21f283d0-ab82-4daa-8d5a-39b5e8b2fcb3-1494x2040
(c) The Laura Seddon Collection, 1840-1850

Le service postal de l’époque permettait d’envoyer du courrier à titre anonyme, et cette pratique a permis la production de cartes humoristiques impertinentes ou carrément insultantes appelées vinegar valentines. Ces cartes imprimées sur du papier peu couteux étaient le plus souvent destinées à dénoncer les prétendants insistants ou à venger l’amoureux éconduit. Elles étaient en général illustrées d’une caricature plutôt grossière et accompagnées de quelques lignes de vers ou de prose cynique. Si la coutume peut nous paraître totalement absurde de nos jours, elle a suscité un véritable engouement entre 1840 et 1880 chez les victoriens et leurs cousins américains, lorsque la tradition des cartes de la Saint-Valentin a été importée sur le nouveau continent.

4fa30637-792e-4cb6-b5f1-79cd0c61cabc-796x1020
(c) The Laura Seddon Collection

La tradition du vinegar valentine a un aspect très carnavalesque et cathartique, car quiconque pouvait en être la cible ou l’expéditeur, toutes classes sociales confondues. Les auteurs anonymes s’en donnaient donc à cœur joie, et profitaient de l’occasion festive pour dénoncer les travers de leur cible, qu’elle soit l’objet de sentiments amoureux ou non. À l’époque, plusieurs imprimeries et papeteries s’étaient spécialisées dans la production de différentes collections thématiques de vinegar valentines, fabriquées selon le sujet de moquerie.

Les cartes retrouvées ici et là dans nos rayons de papeterie ou de supermarché lors de la Saint-Valentin peuvent paraître bien naïves comparées à leurs virulents ancêtres victoriens. Alors, si vous voulez vous démarquer de vos concurrents, ou si vous désirez régler vos différents de manière acerbe et raffinée, vous avez la possibilité de vous inspirer de cette coutume désuète, qui a déjà fait ses preuves maintes fois…

 


Références :

Beatie, S. “Victorian valentines.” The Victoria and Albert Museum Blog, 13 Feb. 2014. Web. 11 Feb. 2018.

Gilbert, S. “Victorian Valentine’s Day cards – in pictures.” The Guardian, 14 Feb. 2014. Web, 11 Feb. 2018.

Pollen, A. “The Valentine has fallen upon evil days’: Mocking Victorian valentines and the ambivalent laughter of the carnivalesque.” Early Popular Visual Culture, vol. 12, no. 2, 2014, pp. 127-173.

“Valentine’s Day in the Victorian Era.” 5 Minutes History, Web. 11 Feb. 2018.

“Victorian Valentine’s Day cards.” HistoryExtra, Web. 11 Feb. 2018.

Zarrelli, N. “The Rude, Cruel, and Insulting ‘Vinegar Valentines’ of the Victorian Era.” Atlas Obscura, 08 Feb. 2017. Web. 11 Feb. 2018.